Harry et Meghan en Afrique du Sud : un voyage fort en symboles

People

ROYAUTÉ - Le prince Harry et son épouse Meghan, accompagnés de leur nouveau-né Archie, entament ce lundi en Afrique du Sud leur premier voyage officiel en famille. Une tournée riche en signes puissants.

"Il est si facile de détruire. Les héros sont ceux qui font la paix et construisent".  Quelques semaines avant le début de leur première visite officielle en Afrique du Sud, le prince Harry et Meghan Markle avaient partagé ces paroles inspirantes de Nelson Mandela sur leur compte Instagram "Sussex royal". Sans que l'on sache s'il s'agissait d'un hommage au premier président sud-africain noir ou d'une réponse aux critiques sur leurs voyages estivaux en jet privé, jugés pas très écolos. Le post avait quoi qu'il en soit rencontré un succès royal en récoltant plus de 365.000 "j'aime". 

Sans doute y ont-ils de nouveau pensé en posant le pied ce lundi en Afrique du Sud. Alors que le centre-ville de Johannesburg a été secoué par une hausse des violences xénophobes début septembre, beaucoup dans le pays voient en cette tournée du couple royal un symbole d'espoir postapartheid. La venue d'une princesse descendante d'esclaves afro-américains par sa mère représente un événement historique pour les héritiers de Madiba. 

Lire aussi

C'est au Cap,  ville cosmopolite du sud-ouest du pays, que le duc et la duchesse de Sussex ont entamé leur périple de dix jours. Cape Town représente le meilleur et le pire de l'histoire de l'Afrique du Sud. Une nature à couper le souffle, avec de nombreux touristes qui la prisent, une cité multiculturelle moderne, mais aussi une violence extrême dans les townships gangrenés par la pauvreté. 

A peine débarqués lundi, Harry et Meghan se sont rendus, sans leur fils Archie, dans le township de Nyanga, où ils ont assisté à un atelier d'autodéfense proposé à des jeunes filles et dénoncé les violences faites aux femmes, un fléau dans le pays. "Je voulais m'assurer que ma première visite en famille (...) se concentre sur les défis importants que doivent relever des millions de Sud-Africains", a déclaré Harry, accueilli sur place par des chants, des danses et des pancartes proclamant "J'ai le droit de vivre en paix" ou "Unis pour les droits des enfants".

Pour le prince Harry, l'Afrique du Sud est une terre familière depuis de nombreuses années. Il considère la "Mère Terre" comme sa "deuxième maison". Il a semblé donc naturel au fils de Lady Diana de proposer à sa jeune famille de parcourir ces contrées pour leur première odyssée royale. 

Notre famille va réaliser son premier voyage officiel en Afrique, une région du monde qui (...) a été ma deuxième maison- Prince Harry, duc de Sussex

Le programme royal promet d'être engageant sur ces terres marquées pendant des décennies par l'histoire de l'apartheid. La rencontre prévue mercredi avec Desmond Tutu, une des figures emblématiques de la lutte contre le régime politique ségrégationniste conduit en Afrique du Sud entre 1948 et juin 1991, devrait en particulier retenir l'attention mondiale.

La duchesse de Sussex poursuivra ensuite ses engagements royaux sur les terres de Mandela avec son petit Archie, tandis que son époux voguera en solitaire vers d'autres contrées d'Afrique australe. Du Botswana à l'Angola en passant par le Malawi, le prince Harry a choisi de s'investir sur des thématiques variées qui lui tiennent à cœur : la protection de la faune,  le combat contre les mines antipersonnel (comme sa mère Diana en 1997) et la lutte contre le braconnage.

Les Sussex se retrouveront le 2 octobre pour finir leur voyage royal là où il a commencé, en Afrique du Sud. 

Ils achèveront alors leur périple par une rencontre symbolique avec Graça Machel, l'épouse de Nelson Mandela. Un entretien avec le président sud-africain Cyril Ramaphosa sera aussi au programme. A noter que le couple royal, décrié ces dernières semaines au sujet de ses voyages en jet privé, ont cette fois fait le déplacement en avion commercial.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter