Le procès de Gilbert Rozon pour viol et attentat à la pudeur débute aujourd'hui

Gilbert Rozon a été jury de "La France a un incroyable talent" sur M6 de 2006 à 2017.
People

JUSTICE - L'ancien juré de "La France a un incroyable talent" avait été inculpé en décembre 2018 pour des faits qui se seraient produits en 1979. L'identité de la victime n'a pas été révélée.

Il se retrouve face à la justice. Ce mardi 3 octobre débute le procès de Gilbert Rozon pour viol et attentat à la pudeur au palais de justice de Montréal. Initialement prévu en juin dernier, il a été décalé en raison de la pandémie de coronavirus. Les faits reprochés au fondateur du festival Juste pour Rire et ex-juré de "La France a un incroyable talent" datent de 1979 alors qu'il était âgé de 24 ans. 

Selon l’acte d’accusation, les événements se seraient déroulés entre le 1er juin et le 21 septembre à Saint-Sauveur, dans les Laurentides. La plaignante, dont on ignore l'identité, va témoigner contre Gilbert Rozon qui plaide non coupable.

Plus de 10 millions de dollars réclamés

Pour rappel, le producteur âgé de 65 ans avait été visé par des accusations d'agression sexuelle en octobre 2017, qui l'avaient forcé à quitter ses fonctions. Comme le précise Le Journal de Montréal, des 14 plaintes déposées contre lui, il s’agit de la seule qui a été retenue par la Couronne. La plaignante ne fait par ailleurs pas partie du collectif baptisé "Les Courageuses" qui s'est
présenté devant la Cour suprême pour intenter une action collective. 

Le regroupement qui soutient que le producteur aurait fait au moins 20 victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016, demande une condamnation à des dommages et intérêts de plus de 10 millions de dollars. 

Lire aussi

"Gilbert Rozon, c’est le symbole des dénonciations du mouvement #MoiAussi au Québec. Il avait un statut au Québec qui est comparable à celui de Harvey Weinstein à Hollywood et sa chute a été aussi spectaculaire", rappelle la juriste Rachel Chagnon, chercheuse à l’Institut de recherches et d’études féministes (IREF), dans Le Devoir.

De son côté, Gilbert Rozon a toujours clamé son innocence. "Je suis désolé si quelqu’un a pu se sentir offensé par un propos déplacé. Je n’ai jamais fait l’amour à quelqu’un si une personne a dit non, jamais", avait-il déclaré en février 2018. "La présomption d’innocence est partie d’un coup sec", avait-il déploré tout en expliquant qu'il faisait les frais d’une "espèce de folie, d’hystérie médiatique". 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Autriche annonce à son tour un semi-reconfinement

L’ŒIL DE LAURENCE HAÏM - "Il se passe quelque chose au Texas"

CARTE - Reconfinement : regardez jusqu’où vous pouvez sortir autour de chez vous

EN DIRECT - Attentat de Nice : un 4e individu, proche du terroriste, en garde à vue

Covid-19 : la France s'est reconfinée, que font nos voisins européens ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent