Le rappeur ASAP Rocky écope de prison avec sursis après sa rixe en Suède

People
JUSTICE - Le tribunal de Stockholm a reconnu, mercredi 14 août, le rappeur américain et deux membres de son entourage "coupables de violences" pour une bagarre dans la capitale suédoise fin juin.

Il a suivi le jugement depuis les Etats-Unis, qu'il a retrouvés au début du mois après quatre semaines passées en détention en Suède. ASAP Rocky a écopé d'une peine de prison avec sursis, mercredi 14 août, à la suite d'une rixe qui s'était déroulée dans la capitale suédoise le 30 juin. Le rappeur américain et deux membres de son entourage ont été "reconnus coupable de violences et condamnés à une peine avec sursis", a indiqué le tribunal de Stockholm, cité par l'AFP. 


Ils "ont agressé la victime en la frappant et en lui donnant des coups de pied alors qu'elle était allongée au sol", a ajouté le tribunal. Les trois hommes "ne se trouvaient pas dans une situation où ils avaient le droit de s'auto-défendre", a souligné la justice d'après TMZ. Ils devront s'acquitter en semble d'une amende de 12.500 couronnes, soit 1200 euros, au titre des dommages et intérêts à leur victime. Ses avocats avaient plaidé l'acquittement tandis que le parquet avait requis six mois de prison ferme.

De son vrai nom Rakim Mayers, le jeune homme de 30 ans avait été placé en détention le 5 juillet car il existait selon la justice suédoise "un risque de fuite" à l'étranger. Il avait raconté lors de son procès avoir été "choqué et effrayé" le jour des faits. Il avait reconnu avoir donné un coup mais avait affirmé avoir tout fait pour éviter le conflit avec deux hommes. Libéré le 2 août, il avait immédiatement rejoint les Etats-Unis. "Merci du fond du coeur à tous mes fans, à mes amis et à tous ceux qui m'ont soutenu ces dernières semaines (...), ce fut une expérience très difficile et humiliante", avait-il alors écrit sur son compte Instagram.

Donald Trump avait plaidé la cause du rappeur

L'affaire avait été très médiatisée outre-Atlantique et a mobilisé bien au-delà du milieu du hip-hop. Une pétition en ligne a été signée par plus de 600.000 personnes et des artistes comme Justin Bieber ont appelé à sa libération avec le hashtag #FreeRocky. Kim Kardashian avait été plus loin et en avait appelé à Donald Trump, qui s'était fendu de plusieurs tweets et d'un coup de fil aux autorités suédoises. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter