"Le souvenir de Clélia me hante" : pourquoi Adil Rami s'engage contre les violences conjugales

People
DirectLCI
ENGAGEMENT - Alors qu'il était jeune joueur à Lille, le footballeur marseillais a vécu une expérience traumatisante face à laquelle il s'est trouvé impuissant. La fille de son ami est morte sous les coups de son compagnon. Onze ans plus tard, il décide de s'engager.

Le champion du monde ne mène pas  ses combats uniquement sur le gazon. Depuis lundi dernier, Adil Rami est le nouveau visage d'une campagne de lutte contre les violences faites aux femmes. Une bataille qui lui tient particulièrement à cœur. 


Dans les colonnes de Closer ce vendredi, le joueur se confie sur ce qui l'a poussé à défendre cette cause. Dix ans plus tôt, il s'était senti terriblement impuissant après que la fille d'un de ses amis est morte sous les coups de son petit-ami, à seulement 20 ans. 

"Je me suis senti impuissant"

"Quand je me suis installé à Lille, en 2006, pour jouer au LOSC, je me suis fait un ami, Eric", se souvient Adil Rami. "Il avait une fille adorable, pétillante, Clélia". En février 2008, "le corps de sa fille a été retrouvé dans un canal..." poursuit-il. "Elle avait succombé aux coups de son petit-ami". 


Un drame qui a profondément "choqué" le footballeur, qui avait tenu à l'époque à être présent auprès de la famille en deuil. "J'ai essayé de les aider au mieux", confie-t-il. "Mais je me suis senti impuissant. Depuis, le souvenir de Clélia me hante, et je savais qu'un jour j'en ferais quelque chose d'utile". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter