Leçons de vie, Trumpmania et mégalomanie : on a tenté de décrypter le flot de tweets de Kanye West

People
DirectLCI
DR KANYE ET MISTER WEST – Silencieux depuis près d’un an, le rappeur a fait un retour plus que remarqué sur le réseau social il y a deux semaines. Il utilise désormais Twitter comme son journal intime, partageant ses pensées les plus profondes, des photos de ses enfants et même des SMS de ses amis. De quoi se poser quelques questions sur son état d’esprit.

Jusqu’à 20 posts en quelques heures certains jours. Pour un total de 356 micro-messages en un peu plus de deux semaines. Des chiffres pas franchement impressionnants pour les habitués de Twitter. Beaucoup plus étonnants quand on sait qu’ils sont signés Kanye West. Pendant un an, le rappeur a en effet appliqué le principe selon lequel "le silence est d’or". Aucun tweet. Aucun retweet. Jusqu'au 14 avril où le fondateur du réseau social himself lui souhaite un bon retour. Même sa femme, la pourtant ultra-connectée Kim Kardashian, n'avait pas été informée. "Je n'avais pas vu qu'il avait réactivé son compte. Un soir, il est venu et m'a dit 'tu as vu mes tweets ?'. Et je l'ai suivi", raconte-t-elle à Ellen DeGeneres.

Pour expliquer son absence, Kanye West indique simplement qu'il n'avait "pas grand-chose à dire, beaucoup à apprendre" ces derniers temps. "Maintenant, je sens le besoin de parler. Je ferai des erreurs, je n’ai pas de média training, je dis juste ce que je ressens, par amour. J’ai repris le pouvoir", poursuit-il dans une interview à Charlamagne. Alors depuis, il se lâche, multipliant les tweets avec plus ou moins de sens. De quoi s'interroger sur l'état d'esprit du rappeur, hospitalisé il y a un an et demi après une crise psychotique. "Je crois que le verdict est : il a perdu la tête. Que dire de plus ?", lâche même la populaire Wendy Williams dans le talk-show qui porte son nom. Mardi, il s'emporte et apparaît désorienté dans un entretien à TMZ.

Mais pour ses proches, Kanye West est "seulement lui-même". "Un libre penseur", tweetait Kim Kardashian la semaine dernière. "Au fait, ceci est mon livre, que j’écris en temps réel. Aucun éditeur ou aucun agent ne me dira ce qui doit être inscrit et combien de pages écrire. Ceci n'est pas une opportunité financière mais un besoin naturel d'être expressif", écrit-il (voir message ci-dessous). Alors dans cet amas de textes, LCI a tenté de reconstituer les chapitres de la nouvelle vie du rappeur.  Une nouvelle vie qui laisse apparaître une personnalité plus complexe qu'il n'y paraît. Sans qu'on ne trouve toutefois l'ensemble des clés pour la décrypter.

Kanye philosophe

Il n'est qu'amour. Kanye West le repète tous les quatre tweets (en gros) et a utilisé le mot "love" 73 fois (on a compté). Il se la joue philosophe, presque mystique, avec des tweets semblables à des maximes. Morceaux choisis : "La folie est l'ennemi de la vision", "la tendance est toujours en retard", "nous sommes tous des domestiques", "l'important n'est d'où tu tiens les choses mais où tu les emmènes", "être grand, c'est être incompris", "les gens ne sont en général pas d’accord avec ceux qui ne sont pas d’accord avec eux", "nous avons la liberté de parole mais pas la liberté de pensée", "la vérité est mon but". "La controverse est ma gym. Je ferai des centaines de séries de controverse pour des abdos de vérité". 


L'une des favorites des internautes ? "Evoquer le passé constamment fait que tu y restes coincé", likée plus de 309.000 fois. Prends ça de La Rochefoucauld !

Kanye polémiste

Kanye West parle de tout. Y compris des sujets les plus sensibles outre-Atlantique. "Il fut un temps où l'esclavage était une mode et apparemment, cette mode est toujours devant nous. Mais maintenant, c'est une mentalité", écrit-il avant d'enchaîner : "La victimisation de soi-même est une maladie". C'est sur Twitter, encore, qu'il s'explique après sa sortie polémique sur TMZ lors de laquelle il assure que subir l'esclavage pendant 400 ans "ressemblait à un choix". 


"Nous sommes programmés pour toujours parler et lutter contre les problèmes raciaux. Nous devons mettre à jour notre conversation. Si j'ai parlé des 400 ans, c'est parce qu'on ne peut pas être mentalement emprisonné pendant encore 400 ans. Nous avons besoin de notre libre pensée maintenant. Même ma déclaration était un exemple de libre pensée. C'était juste une idée. Encore une fois, je suis attaqué parce que je présente de nouvelles idées", écrit-il ce mercredi matin. Faisant presque de l'ombre à sa très longue (1h45) interview confession à Charlamagne dans laquelle il revient sur sa "dépression" (breakdown) qui s'est révélée être une "avancée" (breakthrough).

Kanye électron libre

Kanye West se sent libre. Alors pour briser les dernières chaînes qui le retiennent encore (hormis celle de son mariage), il se sépare de son manager Scooter Braun. "Je n'ai plus de manager. Je ne peux pas être managé. Je ne suis le client de personne", dit-il le 25 avril. Il raconte aussi avoir remercié son avocat et en avoir embauché deux autres. Après tout, on n'est mieux servi que par soi-même.

Kanye mégalo

Adepte des métaphores dans ses maximes, Kanye West abuse des comparaisons pour saluer son propre parcours. Il gagne donc "plus d'argent avec ses chaussures que Michael Jordan" et ses Air chez Nike. Sa marque de vêtements Yeezy est "le Disney ou l'Apple de l'habillement". Il est lui-même "le Ford, le Hughes, le Jobs et le Disney de cette génération". Et il aimerait "rencontrer Tim Cook" car il "a quelques idées". Rien que ça. Pour l'anecdote, vous saurez qu'il est "bon au ping pong".

Kanye politicien

Il fut la première personnalité à faire un tour à la Trump Tower après son élection. Alors voir Kanye West professer son amour pour Donald Trump n'a rien de bien surprenant. Le président américain est "son frère". "Nous avons tous les deux l'énergie d'un dragon. J'aime tout le monde. Je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'il fait. C'est ce qui fait de nous des individus. Et nous avons le droit d'avoir des pensées indépendantes", écrit-il avant de partager, tout fier, une photo de sa casquette "Make America Great Again". Dédicacée s'il vous plaît.

Donald Trump est évidemment ravi. Les amis de Kanye West un peu moins. Le rappeur partage ses échanges de SMS avec le chanteur John Legend et est obligé de réexpliquer une nouvelle fois qu'il ne valide pas tout ce que fait le président américain. "Je ne suis en accord à 100% avec personne si ce n'est moi-même", affirme-t-il. Avant de lâcher, trois jours plus tard, un morceau inédit dans lequel il loue les qualités du locataire de la Maison-Blanche. Vous n'avez pas tout compris ? Nous non plus.

Kanye chef d’entreprise

Désormais manager de lui-même, Kanye West ne s'embarrasse pas de communiqué de presse. Il annonce dans une série de tweets la sortie en juin de deux albums. Il loue les qualités de sa marque de fringues et ses nouvelles chaussures (dont même Quechua s'est moqué sur Twitter), photos à l'appui. Et lance qu'il recherche 160 employés pour Yeezy. Le Pôle Emploi 2.0.

Kanye père de famille

Pas peu fier de son parcours personnel, Kanye West l'est également de ses trois enfants. North, Saint et Chicago - habitués des réseaux sociaux de leur mère Kime Kardashian - ont chacun eu droit à un tweet. 

Et si c'étaient eux qui lui permettaient de garder les pieds sur terre ? On aurait bien envie de répondre "oui". C'était avant de voir que son aînée jouait avec une poupée à l'effigie de... son père. Que voulez-vous, on ne se refait pas...

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter