"Les courbes, ce n’est pas juste une mode" : Ashley Graham prend la défense des mannequins XXL

People
DirectLCI
CONFIDENCES – C’est la star des mannequins grande taille. L’Américaine Ashley Graham, 30 ans, se raconte comme jamais dans une interview accordée au "New York Times". Et revient notamment sur l’agression sexuelle dont elle a été victime à ses débuts.

Son statut de pionnière ne lui fait pas peur. En 2016, Ashley Graham devenait le premier mannequin grande taille à poser en maillot de bain pour la couverture du célèbre magazine Sports Illustrated. La jeune femme, qui s’habille en taille 48, est devenue depuis le symbole des femmes qui assument leurs formes. Et de la diversité en général, dans un monde de la mode qui a trop longtemps privilégié les blondes anorexiques…


Reste que le combat ne fait que commencer, comme elle le confie dans une interview "sans filtre" accordée au New York Times, qui pour l'occasion, a récrée la jeune femme en réalité virtuelle. Hormis les défilés consacrés à la mode XXL, "peu de créateurs mettent des filles avec des courbes dans leurs défilés", explique Ashley Graham, citant "Michael Kors, Christian Siriano, Tome, Chromat. Alexander McQueen qui a fait récemment défiler deux filles et c’est tout."

On m’a dit que je n’étais qu’un mannequin de catalogues, et que ce serait le seul job que je pourrais décrocherAshley Graham

La jeune femme en profite pour revenir sur ses débuts difficiles. “Lorsque j’ai commencé, on m’a dit que je n’étais qu’un mannequin de catalogues, et que ce serait le seul job que je pourrais décrocher. On me disait : "Non, tu es trop grosse. Tu dois perdre du poids." Autant dire qu’elle n’a pas peur d’assumer sa réussite. Et d’être devenue un modèle pour d’autres de ses collègues. "Nous sommes là pour faire savoir que les courbes, c’est cool. C’est ok. Ce n’est pas juste une mode. Nous sommes là pour durer." 

Ashley Graham revient par ailleurs sur l’agression sexuelle dont elle a été victime lorsqu’elle était encore mineure. En janvier dernier, elle révélait sur la chaîne ABC que l’assistant d’un célèbre photographe, dont elle n’a pas donné le nom, s’était exhibé devant elle durant une séance. "Ça arrive souvent à des filles qui débutent parce qu’on se dit qu’on doit dire oui à tout pour réussir. Et que si on est le mannequin qui va lancer l’alerte, on ne trouvera plus jamais de boulot", avoue-t-elle.

La jeune femme explique qu’elle a récemment recroisé la route de son agresseur, sur un plateau de télé. "Il me regarde dans les yeux et il me dit ‘Salut Ashley !’. Je me suis mise à trembler et j’ai envoyé un texto à mon mari pour lui dire que ce type était là. Il m’a engagé à dire quelque chose. Je suis ce qu’on appelle un 'supermodel', une activiste. Et je n’ai pas pu. Plus tard, je me suis demandé pourquoi je n’avais rien dit (…) C’est une décision difficile à prendre. Et je ne sais pas ce que je ferais si je le croise à nouveau."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter