Les Etats-Unis ont tenté d'interpeller Roman Polanski... en Pologne

People

JUSTICE - Le cinéaste polonais a été rattrapé par son passé alors qu'il se rendait en Pologne pour l'inauguration d'un musée d'Histoire. Heureusement pour lui, la demande des Etats-Unis n'a pas abouti, notamment en raison d'une absence de traduction.

Roman Polanski l'a encore échappé belle. Les Etats-Unis ont tenté de faire arrêter le cinéaste en Pologne, où il s’était rendu pour assister à l’inauguration du Musée d’Histoire des Juifs de Pologne, a révélé jeudi le quotidien Gazeta Wyborcza, citant des sources au ministère de la Justice. Le citoyen polonais et français, âgé de 81 ans, est recherché par la police américaine depuis 1977 pour des relations sexuelles illégales avec une mineure.

La demande de la justice américaine, adressée au procureur général de Pologne en attendant la procédure d’extradition, a été pour le moment rejetée parce qu’elle ne remplissait pas les critères requis par des accords internationaux : elle n’a pas été traduite en polonais, écrit le journal, citant un haut responsable du ministère. Aucune confirmation officielle n’a pu être obtenue dans l’immédiat.

Pas de prescription aux Etats-Unis

En 2010 déjà, le procureur général polonais avait indiqué qu’une extradition de Polanski n’était pas possible, car le geste qui lui est reproché est couvert par la prescription selon la loi polonaise. Mais ce n’est pas le cas en droit américain et, si Polanski ne peut être extradé par la Pologne, une interpellation à la demande des Etats-Unis demeure possible. Cette fois-ci, il devrait cependant regagner la France où il réside avant que la procédure puisse aboutir à son interpellation, estime un procureur cité par le journal.

Le metteur en scène de la comédie musicale Le bal des vampires avait été arrêté en 2009 à Zurich, où il était allé recevoir un prix, puis assigné à résidence en Suisse pendant quelques mois, mais n’a pas été extradé. Polanski est venu incognito en Pologne en 2011 sans être inquiété. Mais sa présence cette semaine ne pouvait rester secrète, son visage apparaissant à la télévision lors de l’inauguration du musée juif mardi.

Lire et commenter