Leur couvent racheté par Katy Perry, les nonnes de San Feliz vont devoir faire leurs valises

Leur couvent racheté par Katy Perry, les nonnes de San Feliz vont devoir faire leurs valises
People

Depuis bientôt un an, la chanteuse américaine Katy Perry tente de racheter le couvent de San Feliz, en Californie. Mais les dernières nonnes qui y vivent ne l’entendaient pas de cette oreille. Mercredi, la justice californienne a finalement tranché en faveur de l’interprète de "Fireworks".

Katy Perry 1 – Les soeurs de Los Feliz 0. La juge Stephanie Bowick, du comté de Los Angeles, vient de donner raison à la chanteuse américaine dans le différend qui l’oppose à Rita Callanan et Catherine Rose, deux des cinq dernières religieuses qui occupent le couvent de San Feliz, sur les hauteurs de Santa Monica, en Californie, officiellement fermé en 2011.

Le Vatican doit maintenant valider la vente

La première aurait proposé la bagatelle de 14.5 millions de dollars à José Gomez, l’archevêque de Los Angeles pour acquérir cette bâtisse de style médiéval, construite en 1927. Les deux autres contestent la vente, et affirme avoir déjà conclu un accord avec Dana Hollister, un entrepreneur local qui a déjà commencé des travaux afin de faire des lieux un hôtel chic.

Mercredi, la juge Bowick a estimé que les deux nonnes n’avaient pas le droit de négocier la vente du couvent sans l’accord de l’archevêché, et que la rénovation engagée par Dan Hollister était par conséquent illégale. Il revient désormais au Vatican, dernier espoir des deux religieuses, de valider, ou pas, cette opération immobilière pour le moins polémique.

L’an dernier, l’interprète de "Firework"s et autre "I Kissed a girl" était venue en personne rencontrer les deux nonnes rebelles, afin de les convaincre de lâcher l’affaire. Habillée stricte, la jeune femme leur aurait chanté "Oh Happy Day" avant de leur dévoiler le "Jésus", tatoué sur son poignet. Pas suffisant, semble-t-il, pour leur faire changer d'avis.

Les nonnes se moquent de la chanteuse

Dans une interview accordée au Los Angeles Times, Sœur Rita racontait avoir découvert Katy Perry en regardant ses clips vidéo, sur Internet. Et ne pas avoir été "enchantée" par ce qu’elle a vu. Elle expliquait même avoir été interloqué en la voyant survoler le stade, accrochée à une étoile, lors du Superbowl 2015. "Je me suis demandé : est-ce une manière de faire de l'argent ? Peut-être que je pourrais faire pareil. Devenir une nonne volante !".

A VOIR AUSSI
>> Katy Perry, joue les fées de Noël pour Moschino
>> Cristina Cordula se paie Katy Perry sur Twitter

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter