Emmanuel Carrère n’ira pas en finale du Goncourt : la faute à la polémique avec son ex-épouse ?

Emmanuel Carrère n’ira pas en finale du Goncourt : la faute à la polémique avec son ex-épouse ?
People

BAD BUZZ - C’est le grand absent de la deuxième liste du Goncourt 2020, dévoilée ce mardi. "Yoga", le best-seller d’Emmanuel Carrère, n’a pas été retenu par les jurés de l’Académie. Une décision qui pourrait s’expliquer par le récent coup de colère de l’ex-compagne de l’écrivain, la journaliste Hélène Devynck. Explications.

Il ne l'aura pas cette année. Grand favori du prix Goncourt 2020 avec Yoga, son dernier roman qui frôle les 200.000 exemplaires vendus depuis sa sortie fin août, Emmanuel Carrère ne figure pas sur la liste resserrée dévoilée ce mardi par l’Académie. Un choix tout sauf anodin puisqu’il intervient quelques jours après la publication sur le site de Vanity Fair d’un droit de réponse d’Hélène Devynck, l’ex-compagne de l’écrivain dont il s’est séparé durant la période que couvre le livre. 

"Emmanuel et moi sommes liés par un contrat qui l’oblige à obtenir mon consentement pour m’utiliser dans son œuvre", y écrit l’ancienne journaliste de LCI et iTélé, qui a divorcé de l'écrivain en mars dernier. "Je n’ai pas consenti au texte tel qu’il est paru. Si je n’ai pas envoyé d’huissier, l’auteur et l’éditeur n’ignorent rien de mes difficultés et de ma détermination à faire appliquer ce contrat".

Je n’aurais pas le droit à la séparation et serais jusqu’à ce que mort s’en suive, l’objet d’écriture fantasmé de mon ex-mari ?- Hélène Devynck, dans Vanity Fair

Dans ce droit de réponse, Hélène Devynck, 53 ans, laisse entendre que l’écrivain, âgé de 62 ans, a pris de nombreuses libertés avec les faits qu’il relate. Un stage de yoga interrompu après l’attentat de Charlie Hebdo. La dépression qui l’a conduit à être interné à l’hôpital Saint-Anne. Et une vie de couple sur laquelle il s’était selon son ex compagne engagé à ne pas écrire sans son accord.

"Je n’aurais pas le droit à la séparation et serais jusqu’à ce que mort s’en suive, l’objet d’écriture fantasmé de mon ex-mari ?", s’interroge Hélène Deynck qui souhaite "avoir la liberté de ne pas en être, de ne pas être associé à un spectacle présenté comme sincère où je ne reconnais pas ce que j’ai vécu." 

L’ancienne journaliste déplore également l’introduction d’"éléments de fiction qui auraient été introduits volontairement" afin "de transformer une contrainte juridique en auto-glorification et de faire un lourd clin d’œil aux jurés Goncourt qui préfèrent récompenser des romans que des témoignages de vie."

"Yoga", témoignage ou fiction ?

Le règlement du célèbre prix stipule en effet qu’il soit remis à une œuvre fiction, et pas un témoignage. Ce qui explique par exemple que le jury n’ait pas retenu en 2018 Le Lambeau, le livre de Philippe Lançon, survivant de la tuerie de Charlie Hebdo, en dépit des louanges de l'ensemble du milieu littéraire. Au-delà du règlement de comptes entre ex-époux, c'est peut-être cette dimension parfois très floue qui a conduit le jury du Goncourt à écarter Yoga, après l'avoir intégré à sa première liste en septembre.

Lire aussi

Emmanuel Carrère sur la touche, le Goncourt 2020 sera donc attribué à l’un de ces 7 romanciers : Mohammed Aïssaoui pour Les Funambules  (Gallimard), Djaïli Amadou Amal pour Les Impatientes, (Emmanuelle Collas), Miguel Bonnefoy pour Héritage (Rivages), Irène Frain pour Un crime sans importance (Seuil), Hervé Le Tellier pour L'Anomalie (Gallimard), Jean-Pierre Martin pour Mes fous (L'Olivier), Maël Renouard pour L'Historiographe du Royaume (Grasset) et Camille de Toledo pour Thésée, sa vie nouvelle (Verdier). 

La liste des 4 finalistes sera dévoilée le 27 octobre prochain, avant la révélation du lauréat le 10 novembre. L’an dernier, le prix Goncourt avait été attribué à Jean-Paul Dubois pour son superbe Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même manière,  paru chez L’Olivier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

EN DIRECT - Covid-19 : 258 décès enregistrés en 24 heures, un niveau similaire à fin mars

Le Maroc condamne la publication des caricatures de Mahomet

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent