Meghan Markle : sa poignante lettre ouverte contre le racisme dont elle a été victime

Meghan Markle : sa poignante lettre ouverte contre le racisme dont elle a été victime
People

Toute L'info sur

Prince Harry et Meghan Markle, le mariage de l’année

COUP DE GUEULE – L’héroïne de la série "Suits", ultra-médiatisée depuis la révélation de sa relation avec le prince Harry, raconte dans un texte pour "ELLE UK" son quotidien de femme métisse dans une Amérique encore profondément marquée par les divisions raciales. "Dire qui je suis, partager d’où je viens, faire entendre ma fierté d’être une femme métisse, forte, qui a confiance en elle", écrit-elle.

Au milieu des photos d’elle enfant avec ses parents, elle a choisi pour illustrer son article un portrait en noir et blanc. Presqu’une évidence. "Décrire quelque chose comme étant noir et blanc signifie que c’est clairement défini. Mais quand votre origine ethnique est noire et blanche, la dichotomie n’est pas aussi claire", écrit-elle. Elle, c’est Meghan Markle. Depuis cinq ans, les fans de la série "Suits" la connaissent comme Rachel Zane, l’assistante juridique qui fait fondre Mike Ross (Patrick J. Adams). Depuis un mois, c’est en tant que petite-amie du prince Harry que le monde entier l’a découverte.

Kensington Palace et son prince avaient officialisé leur relation dans un rarissime communiqué se montrant menaçants face aux commentaires sexistes et racistes qui affluaient sur la toile à l’encontre de l'actrice américaine de 34 ans. Un racisme auquel elle est confrontée depuis sa plus tendre enfance et qu’elle dénonce à son tour dans un poignant texte publié sur le site de ELLE UK. Quand on lui demande qui elle est, elle aime à répondre qu’elle est "actrice, auteure, rédactrice en chef de sa marque lifestyle The Tig, plutôt bonne cuisinière et une ferme adepte des notes écrites à la main". Mais derrière cette question, se cache en fait toujours la même, explique-t-elle : "qu’est-ce que tu es ? D’où viennent tes parents ?"

"Alors que je pourrais leur dire Pennsylvanie et Ohio, et continuer ce pas de danse cliché, mais je leur donne ce qu’ils recherchent à la place : 'Mon père est caucasien et ma mère est afro-américaine. Je suis à moitié noire et à moitié blanche'", lâche-t-elle. Elle dit avoir été "effrayée" à l’idée de "partager son histoire". Mais "aujourd’hui, j’ai choisi d’être plus courageuse, d’aller un peu plus loin et de partager un peu plus avec vous". Elle raconte ainsi comment sa mère et sa peau caramel ont régulièrement été prises pour sa nounou dans les rues de Los Angeles où elle a grandi. Comment son père a mélangé deux boîtes renfermant la famille idéale selon Barbie pour recréer leur famille : "une poupée de maman noire, une poupée de papa blanc et un enfant de chaque couleur".

Je n’étais pas assez noire pour les rôles noirs et je n’étais pas assez blanche pour les rôles blancs- Meghan Markle

Elle se souvient comment, en classe de 5e, elle a été contrainte de cocher la case correspondant à son origine ethnique. Blanc, noir, hispanique ou asiatique. Rien d’autre. "Vous ne pouviez en choisir qu’une mais cela aurait été comme choisir l’un de mes parents – et une moitié de moi par rapport à l’autre. Mon professeur m’a dit de cocher la case 'Caucasien'. 'Parce que tu ressembles à ça, Meghan' a-t-elle dit. Alors j’ai posé mon stylo. Pas comme un acte de défiance mais plutôt comme l’expression de ma confusion (…). Je n’ai rien coché. J’ai laissé mon identité vide, c’est comme ça que je me sentais" relate-t-elle. Le conseil de son père en rentrant chez elle ? "Si ça arrive encore une fois, dessine ta propre case".

Et c’est ce qu’elle a fait par la suite, allant jusqu’à choisir "l’industrie la plus dirigée par les étiquettes et les catégories". Hollywood. Ses débuts de comédienne ont été difficiles. "Je n’étais pas assez noire pour les rôles noirs et je n’étais pas assez blanche pour les rôles blancs, ce qui m’a laissée dans un entre-deux comme le caméléon ethnique qui ne pouvait pas trouver de boulot", poursuit-elle. Puis "Suits" est arrivée. La série a été "le Boucle d’Or de ma carrière d’actrice – j’étais enfin à ma place". Mais là encore, le racisme l’a rattrape. A la fin de la saison 2, Wendell Pierce ("The Wire") est casté pour jouer son père, déclenchant des réactions inattendues. "Pourquoi ont-ils fait de son père un noir ? Elle n’est pas noire", "Ew, elle est noire ? Je pensais qu’elle était canon" et d’autres commentaires du même type inondent les réseaux sociaux.

Meghan Markle dit "avoir guéri à la base" et a désormais "embrassé" sa double culture. "J’étais gris. Mais qui veut être une couleur indifférente, dénuée de profondeur et coincée au milieu ? Certainement pas moi", insiste celle qui a fini par "dessiner sa propre case", à se "présenter comme celle que vous êtes et non selon la couleur de vos parents". La prochaine case à cocher sera-t-elle celle de princesse ? L'avenir nous le dira.

En vidéo

Le prince Harry se rend dans un centre d'accueil pour enfants à la Barbade

Lire aussi

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent