#MEGXIT : ces autres fois où la reine Elizabeth II a tapé du poing sur la table

#MEGXIT : ces autres fois où la reine Elizabeth II a tapé du poing sur la table
People

Toute L'info sur

#Megxit

CRISES - Alors qu'elle vient de convoquer le prince Harry après son annonce fracassante, retour sur les interventions d'Elizabeth II lors des tempêtes qui ont agité son règne et son royaume parfois désuni.

Ne vous fiez surtout pas à son apparente timidité. On ne règne pas sur la Grande-Bretagne, l'Irlande du Nord et quinze autres pays issus de l'ancien Empire britannique durant près de sept décennies sans cacher une main de fer sous son gant de velours. Ceux qui s'y sont laissé tromper en ont fait les frais, y compris ses proches et des membres de sa famille, car, comme l'ont noté ses biographes ou plus récemment The Crown, la série qui lui est consacrée, Elizabeth II, comme son père le lui a inculqué, incarne jusque dans sa chair la royauté en elle-même dans ce qu'elle a de plus conservatrice, à savoir le caractère intemporel de ses traditions, immuable point de repère dans une ère moderne toujours plus mouvante.

Aujourd'hui plongée en plein "Megxit", surnom donné aux velléités d'indépendance de son petit-fils Harry et de son épouse Meghan, épuisés par les attaques des tabloïds, la reine d'Angleterre serait "blessée" et bien décidée à préserver le prestige de la couronne, quoi qu'il lui en coûte. Il faut dire qu'elle en a vu d'autres...

Voir aussi

Le devoir avant l'amour

Au commencement, il y a l'abdication, fin 1936, de son oncle, le roi Edouard VIII, après 326 jours de règne, afin d'épouser Wallis Simpson, une roturière américaine deux fois divorcée, rejetée par l'Eglise anglicane, dont il est le chef, et l’establishment britannique. Ce renoncement précipite l'intronisation du père d'Elizabeth, et lorsque cette dernière accède à son tour au trône, en avril 1952, elle oeuvrera elle-même à l'ostracisation de son oncle, lui interdisant de résider et de travailler en Angleterre.

De la même manière, elle refusera jusqu'au bout de recevoir sa belle-sœur, pourtant duchesse de Windsor, coupable à ses yeux d'être une intrigante amorale, en outre née hors mariage, et ira, dans cette même période des premières années de son règne, jusqu'à mettre fin par la force à la romance entre sa sœur cadette Margaret et l'écuyer divorcé Peter Townsend, brutalement muté à l'étranger par Buckingham Palace. Comme pour se venger, Margaret épousera dans la foulée un photographe issu de la noblesse mais au mœurs délurés, Antony Armstrong-Jones. Le couple divorcera en 1978 après un énième scandale dû à leurs infidélités étalées dans la presse. Et Margaret passera à la trappe. Comme ce documentaire de la BBC censé montrer l'intimité de la famille royale, qu'Elizabeth fera purement et simplement interdire.

Voir aussi

Scandales à répétition

Férue de jardinerie, elle appliquera des années durant ce qui s'apparente à un arrachage de mauvaises herbes jusque chez ses enfants. En 1992, restée dans les annales comme son "annus horribilis", la reine se retrouve confrontée aux mariages chancelants de trois de ses quatre rejetons. La séparation la plus marquante est, évidemment, celle du prince héritier Charles de la princesse Diana, après onze ans d'un mariage tumultueux. Leur divorce est prononcé quatre ans plus tard, en 1996, et la même année, le prince Andrew, son second fils, se sépare de la flamboyante Sarah Ferguson, photographiée seins nus au bord d'une piscine dans le sud de la France, son conseiller financier lui léchant les orteils.

Ainsi accablée de toutes parts, Elizabeth II réagit cette fois en faisant le dos rond. Le reine sera d'ailleurs fustigée pour son manque de compassion à la mort de Diana, en 1997, restant retranchée dans son domaine de Balmoral (en Ecosse) et dans le silence jusqu'à la veille des funérailles, comme pour diffuser l'idée de la ténacité d'une rancune, alors qu'un peuple en larmes dépose des millions de fleurs devant les grilles de Buckingham et du palais de Kensington... Charles paiera, lui aussi, au prix d'une mise en retrait forcée, l'interview télévisée du 29 juin 1994, dans laquelle il reconnaît ses relations extra-conjugales.

Voir aussi

L'année 2019 sonne, d'ailleurs, comme un écho "horribilis" de 1992, avec l'amitié du prince Andrew et du financier américain Jeffrey Epstein, qui lui vaut des accusations particulièrement graves depuis que ce dernier, soupçonné d'avoir exploité sexuellement des mineures, s'est suicidé en prison. Se défendant sur la BBC, le prince a donné une image désastreuse, avec des dénégations jugées peu convaincantes, et un cruel manque d'empathie pour les victimes. Réaction de la reine, qui avait refusé en amont l'idée même d'une interview : la fin de toutes les apparitions publiques et protocolaires d'Andrew, et l'annulation de la fête grandiose prévue pour son anniversaire (ce qu'il a, dit-on, le plus mal vécu).

Ainsi Elizabeth II tape-t-elle du poing sur la table, avec le tact et la subtilité qu'imposent son rang, imposant dans la coulisse une tenue convenable et convenue, interdisant par exemple à Kate Middleton des vacances un peu trop tape-à-l’œil sur l'île Moustique dans un contexte de crise économique. Sa manière à elle, désormais âgée de 93 ans, de vivre avec son temps. En ayant conscience que, avec quatre enfants, huit petits-enfants et huit arrière-petits-enfants, auxquels s'ajoute la descendance de sa sœur et de ses cousins et cousines directs, sa famille royale compte suffisamment de membres (59 au dernier comptage) pour ne plus devoir faire preuve d'aucune pitié.

Les observateurs n'auront ainsi pas manqué de constater que, dans les cadres soigneusement disposés sur son bureau pour sa dernière allocution de Noël, ne figuraient que des photos de son mari, le prince Philip, de son fils, le prince Charles, et de son petit-fils William, accompagné de toute sa petite famille... Exit, donc, Andrew, l'ancien favori, mais aussi Harry et Meghan. Et ce, plusieurs jours avant que ces derniers ne la prennent de court en annonçant leur départ de la famille royale sans la prévenir. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent