VIDÉO - Miss France 2019 à l'assaut de la tour Eiffel : "À la fin, j'avais la gorge en feu"

People

DÉFI - La Miss France en titre Vaimalama Chaves, Marine Lorphelin, Camille Cerf et Rachel Legrain-Trapani ont participé mercredi 13 mars à la course "La Verticale" qui les a emmenées au sommet de la tour Eiffel. LCI s'est glissé sur le parcours.

Elle a laissé son écharpe en bas... mais certainement pas sa bonne humeur ! Au moment de lui demander comment elle va après avoir couru jusqu'au premier étage de la tour Eiffel - plus de 347 marches tout de même -, Vaimalama Chaves fait mine d'être à bout de souffle. "Ça va, c'est vachement dur, mais je vais survivre", lâche-t-elle avant d'éclater de rire et de se reprendre. 

Miss France 2019 a donné le départ de "La Verticale de la tour Eiffel", course qui mène au sommet du plus célèbre monument de Paris, mercredi 13 mars. Legging noir, col roulé jaune fluo, polaire et gants siglés Ecotrail, l'organisateur de l'événement, des accessoires qui n'étaient pas de trop, la température ressentie avoisinant les 5°C en raison de fortes rafales de vent. 

À ses côtés ? Trois anciennes reines de beauté qui ont pris la suite de la Tahitienne. LCI s'était posté au premier niveau pour assister au passage de relais entre Vaimalama Chaves et Rachel Legrain-Trapani, Miss France 2007. Marine Lorphelin, Miss France 2013, et Camille Cerf, Miss France 2015, attendaient elles entre le deuxième et le dernier étage. 

Chaleureusement applaudie à son arrivée, Miss France 2019 avait pris soin de suivre leurs conseils. "Elles m'ont dit 'tu cours lentement au début et tu vas vite à la fin' (...). Mais j'ai mal géré et à la fin, j'avais la gorge en feu parce que l'air est glacial", nous explique-t-elle.

On n'est pas là pour péter les scores mais pour l'association- Marine Lorphelin, Miss France 2013, sur l'enjeu de la course

Même sensation pour Camille Cerf qui affirme que c'était "comme passer sa tête à travers la fenêtre sur l'autoroute." "Vous vous prenez le vent de plein fouet, vous avez la gorge qui pique", dit celle qui participait à la course pour la troisième fois en quatre ans. "Vers la fin, il y a plus de marches et encore plus de vent", détaille Marine Lorphelin entre deux quintes de toux. 

"Désolée, je suis mode crise d'asthme alors que je ne suis pas asthmatique !", s'amuse-t-elle. "Ça a été bien jusqu'au moment où je n'ai plus eu de souffle, vers la moitié des 300 marches. J'ai arrêté de courir et j'ai essayé de marcher vite et je ne t'ai même pas vue en arrivant pour te passer le relais", lance la Bourguignonne à la Nordiste.

"C'est une course hyper belle, dans mes moments de respiration, j'ai essayé de profiter de la vue !", s'enthousiasme Camille Cerf qui a clôturé le relais des Miss. Plutôt sportives, les jeunes femmes assurent que cette course n'a rien à voir avec du running classique. "C'est comme si on montait un immeuble de 15 étages. C'est un petit défi sportif", détaille Marine Lorphelin. 

Avec un détail essentiel : "On n'est pas là pour péter les scores mais pour l'association". Les quatre reines de beauté sont venues au nom des "Bonnes Fées", qui regroupe une quinzaine d'anciennes Miss France et vient en aide aux plus démunis et à ceux et celles atteints de maladies et/ou isolés.

Lire aussi

 "J'ai décidé d'y adhérer parce que j'aime beaucoup les valeurs qu'elle représente et le message qu'elle fait passer. Un message d'espoir, de tolérance, de travail évidemment et surtout beaucoup d'humain. Et c'est ce que j'aime le plus", note Vaimalama Chaves. Cette année encore, le montant des pré-inscriptions à "La Verticale de la tour Eiffel" a été reversé aux "Bonnes Fées" qui sont reparties avec un chèque de 6.885 euros.

Lire et commenter