Mort d'Alan Parker, réalisateur de "Midnight Express", "Mississippi Burning" et "Fame"

Alan Parker, réalisateur des films "Midnight Express", "Evita" et "Fame", est décédé le 31 juillet 2020 des suites d'une longue maladie. Il avait 76 ans.
People

DISPARITION - Le cinéaste britannique nommé deux fois aux Oscars est décédé vendredi 31 juillet des suites d'une longue maladie. Il avait 76 ans.

Il avait débuté sa carrière dans la publicité avant de devenir l'un des cinéastes britanniques les plus prolifiques. Alan Parker, réalisateur des films cultes Midnight Express, Mississippi Burning, Evita ou encore Fame, a succombé à une longue maladie à l'âge de 76 ans, a annoncé sa famille vendredi 31 juillet. 

L'Académie des Bafta, qui l'avait distingué à cinq reprises, s'est dite "profondément attristée par sa disparition". Elle lui avait remis en 2013 sa distinction la plus prestigieuse, récompensant  l'ensemble de son oeuvre aussi foisonnante qu'éclectique. "Je suis plutôt fier de ce que j'ai fait. C'est la première fois depuis un moment que je commence à penser à mon travail comme un tout", disait-il à cette époque au Guardian.

Né à Londres le 14 février 1944, Alan Parker laisse derrière lui quatorze longs métrages dont six qu'il a lui-même écrits. Le premier ? Bugsy Malone, une comédie musicale parodiant les films de gangsters au casting uniquement composé d'enfants, dans lequel il met en scène une toute jeune Jodie Foster qui s'affiche la même année dans Taxi Driver (1976). Deux ans plus tard, Hollywood lui confie le tournage de Midnight Express. Le film choc inspiré d'une histoire vraie raconte comment un étudiant américain est jeté dans une prison turque après que de la drogue a été retrouvé dans sa valise. "Je me souviens d'Oliver Stone, co-scénariste, disant : 'Qui est ce mec qui vient d'Angleterre, qui a fait ce putain de film avec des mômes ?' Il ne comprenait pas non plus pourquoi on m'avait choisi", relate le réalisateur au Guardian.

Vivement critiqué par les autorités turques, le film séduit l'Académie des Oscars qui le nomme six fois et lui remet deux statuettes dorées pour la meilleure adaptation et la meilleure musique. Alan Parker décroche sa première nomination à l'Oscar du meilleur réalisateur. Il sera nommé une seconde fois dix ans plus tard pour Mississipi Burning, dans lequel deux agents du FBI enquêtent sur la disparition de militants d'un comité de défense des droits civiques dans l'Amérique ségrégationniste des années 1960.

Il avait abandonné sa caméra pour une plume et un pinceau

Passionné de musique, Alan Parker met en scène le quotidien d'une école des arts à New York dans Fame (1980) et transforme Madonna en Eva Peron dans Evita (1996). Sur son CV, figurent d'ailleurs des clips réalisés pour la reine de la pop, pour la chanteuse et comédienne Irene Cara mais aussi pour le groupe Pink Floyd avec qui il signe le film Pink Floyd : The Wall. Il offrira à Nicolas Cage sa première montée des marches au Festival de Cannes avec Birdy, film qui lui vaudra le Grand prix du jury sur la Croisette en 1985. Son dernier film date de 2003, le thriller La vie de David Gale dans lequel Kevin Spacey se retrouve dans le couloir de la mort.

En 2015, Alan Parker abandonne sa caméra pour d'autres formes d'arts. "L'industrie cinématographique a perdu de son éclat", glisse-t-il alors au Guardian. De sa plume sont nés des romans et essais, des dessins et tableaux à découvrir sur le site Internet qui sert aujourd'hui d'écrin à son oeuvre la plus récente.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent