Mort d’Elisa Pilarski : Brigitte Bardot vole au secours du chien Curtis

Mort d’Elisa Pilarski : Brigitte Bardot vole au secours du chien Curtis
People

SOUTIEN – Dans une lettre adressée au ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti, Brigitte Bardot réclame la clémence pour le chien Curtis, suspecté d’être responsable de la mort d’Elsa Pilarski, une femme enceinte de 29 ans, en novembre 2019.

C’est une affaire encore entourée de mystère. Le 16 novembre 2019, Elisa Pilarski, une Béarnaise de 29 ans, enceinte de six mois, était retrouvée morte en forêt de Retz, dans l’Aisne, alors qu’elle était allée promener Curtis, le chien de Christophe Ellul, son compagnon. D’après ce dernier, la jeune femme lui aurait téléphoné pour lui dire qu’elle avait été mordue par des chiens qui, selon lui, participaient à une chasse à courre qui se tenait à proximité ce jour-là.  

Or les tests ADN réalisés depuis le drame ont désigné Curtis, un American Pitbull Terrier importé illégalement en France, comme l’unique responsable de la mort, tandis que les 33 chiens de la meute incriminée ont été mis hors de cause.  L'expertise vétérinaire, rendue publique par le parquet général d'Amiens début novembre, indique même que l'animal aurait fait l'objet d’un dressage au mordant, interdit en France, "de nature à abolir toute capacité de contrôle ou de discernement."

Lire aussi

Alors qu’une information judiciaire contre X est toujours en cours pour "homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence résultant de l'agression commise par des chiens, Brigitte Bardot a décidé de se mêler de l’affaire. Et de prendre position en faveur du principal accusé.

Dans une lettre rendue publique ce lundi, la comédienne âgée de 86 ans demande au ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti d’intervenir pour que Curtis ne soit pas euthanasié. "La peine de mort a été abolie en France, elle ne doit pas être prononcé à l’encontre de Curtis dont la culpabilité est loin d’être établie même si elle arrange tout le monde", écrit le présidente de la Fondation qui porte son nom. 

"Monsieur le ministre, nous ne saurons peut-être jamais ce qui s’est réellement passé le 16 novembre 2019 en forêt de Retz, mais il serait doublement criminel d’accuser et de condamner à mort un innocent. Malgré nos profonds désaccords, j’espère pouvoir compter sur votre engagement et votre sens de la justice", ajoute la comédienne.

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 10 novembre dernier, Christophe Ellul et son avocat Me Alexandre Novion ont défendu le chien Curtis "au nom de la vérité". "Curtis n’a jamais été méchant, il aimait Elisa, il n’était pas agressif", a insisté le compagnon de la défunte. 

De son côté Me Novion a pointé une différence de méthodes entre les relevés faits sur les chiens de chasse et ceux réalisés sur Curtis. "Ce ne serait pas la première fois que la justice pourrait être en danger d'égarement par des rapport d'expertise", a plaidé l’avocat contestant une expertise d'ADN qu'il estime low cost

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : moins de 5000 contaminations en 24 heures, une première depuis septembre

Voici les trois étapes de l'assouplissement du confinement jusqu'à janvier

"Koh-Lanta" : avant la finale, qui remporte le match des réseaux sociaux ?

EN DIRECT - Transition activée : le camp Biden se félicite de l'annonce de Trump

EN DIRECT - Nicolas Sarkozy jugé pour corruption : le procès suspendu jusqu'à jeudi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent