Mort de Charles Aznavour : les secrets d'un géant de la chanson

People
DISPARITION - Le chanteur français est mort lundi 1er octobre à l'âge de 94 ans. Un monument disparaît, laissant derrière plus de mille chansons, et une traînée d'hommages derrière lui. Mais aussi son lot d'informations moins connues. LCI en a sélectionné cinq.

Chanteur monumental, dernier géant de la chanson française, artiste bien mal connu à ses débuts, contribuable fâché avec le fisc... tout a été écrit sur Charles Aznavour, qui s'est éteint dans la nuit du 30 septembre au 1er octobre. Mais il reste du "Grand Charles" quelques informations passées plus inaperçues, dans la litanie des nécrologies diffusées depuis cette triste annonce. LCI vous en rappelle cinq, d'un héritage glorieux à une passion pour le fitness, sans oublier une relation avec la très jeune Liza Minnelli.

Musicien et partiellement sourd

70 ans de concerts et de musique, ça vous marque un homme, et une audition. L'âge avançant, et la passion qu'il avait à mettre la musique au volume maximal - "Ça s'écoute très fort", s'en amusait-il - Charles Aznavour a dû s'équiper pour continuer à assurer comme il en avait l'habitude sur scène. "Je suis maintenant très atteint, très appareillé", expliquait-il au Journal du Dimanche dès 2008, en référence aux oreillettes dont il était affublé en concert. "C'est dur à supporter", confiait-il. "Le son que j'ai en retour, c'est comme des mauvais écouteurs. [...] Si j'avais su, j'aurais sans doute écouté la musique moins fort dans ma jeunesse".

Accro à l'aquagym

En 2016, alors qu'il continue les tournées à rallonge et multiplie les projets, on s'interroge sur la façon dont le "Grand Charles", 92 ans, fait pour tenir la route. Où l'on découvre que, pour "vivre jusqu'à 300 ans", ainsi qu'il l'avait lu quelque part, Aznavour ne négligeait rien. Du sport, d'abord, avec "de l'aquajogging, environ 350 mètres". Mais aussi une attention portée à son manger : ainsi le sémillant nonagénaire confiait-il au Matin sauter un repas par jour, de préférence le soir. Non sans une petite touche de véganisme, en remplaçant le beurre et la confiture par une pâte de cacahuètes, "c'est très sain". 

Une relation avec Liza Minnelli

Des affaires de cœur de Charles Aznavour, on connait ses trois mariages, dont celui qui dura plus de 50 ans avec Ulla Thorsell. Mais ce serait oublier la relation qu'il noua avec Liza Minnelli, quelques années plus tôt. Sa carrière à peine entamée, celle qui allait devenir la reine du cabaret américain, alors âgée de seulement 17 ans, avait approché le chanteur suite à un concert qu'il avait donné à Broadway. "Elle était venue me voir à Broadway. [...] Il y avait un cocktail en mon honneur. Elle était là, dans un coin, timide. Elle m'a dit : 'Je voudrais chanter comme vous.' [...] On a vécu un an ensemble quand même", racontera à Télé Stars des années plus tard, celui qui, à l'époque, avait près de 40 ans. Plus de trente ans plus tard, les deux stars brûleront les planches en 1991 et 1992 pour une série de concerts. Apprenant la nouvelle de la mort d'Aznavour, Liza Minnelli a salué le chanteur ainsi : "Charles était mon mentor, mon ami, mon amour. Il me manquera pour toujours. Avec amour, Liza".

Des parents résistants

Alors qu'il grandit dans le 9e arrondissement, en pleine guerre, Charles Aznavour voit débarquer dans son foyer Missak et Mélinée Manouchian, résistants communistes arméniens, le premier ayant été immortalisé par la célèbre Affiche rouge, imprimée par la propagande nazie. Les deux familles, rapprochées par leurs origines arméniennes, se rencontrèrent pendant la guerre, au point même qu'au-delà de l'hébergement, le couple que formaient les parents de Charles Aznavour aidera les Manouchian dans le transport d'armes de leur groupe de résistance à l'occupant.

"Nous avons été des aides, racontera-t-il en 2014 à L'Humanité. Ma mère partait avec la voiture d'enfant où des armes étaient dissimulées. Les armes servaient, on les remettait dans la voiture, chacun quittait les lieux à toute allure et maman rentrait à la maison." Le chanteur se souviendra même que c'est Missak Manouchian qui l'initiera aux échecs. Les parents de Charles Aznavour, Micha et Knar, continueront leur oeuvre d'hébergement des juifs, des arméniens, pendant toute la guerre.

Le drame de la mort de son fils

Fruit d'une relation hors mariage, Patrick Aznavour a connu un destin dramatique. Né au début des années 50, il grandira sans son père pendant une dizaine d'années, avant que Charles Aznavour dans le foyer qu'il forme avec sa compagne d'alors, Evelyn Plessis, nous apprend la biographie que lui consacre Robert Berellet. En 2007, devant les caméras de France 2, il racontera le comportement distant de son enfant, du genre à disparaître tout à coup ou à le quitter au beau milieu d'une tournée à laquelle il l'avait amené. Patrick Aznavour finira par emménager seul dans un appartement, dans lequel il sera retrouvé, à l'âge de 25 ans, plus d'un mois après sa mort. "Les indices traînaient autour de lui : des pilules pour maigrir et des canettes de bière." A son fils, Charles Aznavour dédiera une chanson au titre évocateur, "L'Aiguille", dans laquelle il décrit ce qui ressemble à une overdose : "L'aiguille dans ta veine éclatée, ta peau déchirée. L'aiguille dans ton corps mutilé, crucifié. L'aiguille de nos espoirs trahis, te clouant dans la nuit, sans vie."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Charles Aznavour : l'adieu au dernier géant de la chanson française

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter