"Réveillons-nous !" : Omar Sy appelle à dénoncer les violences policières en France

"Réveillons-nous !" : Omar Sy appelle à dénoncer les violences policières en France
People

ENGAGEMENT - Dans une tribune publiée dans "L’Obs", Omar Sy réclame "une police digne de démocratie", après les manifestations pour Adama Traoré. Une manière pour l’acteur de prolonger son engagement auprès de la famille de cet homme de 24 ans décédé lors d’une garde à vue en 2016.

C’est l’une des personnalités préférées des Français. L’acteur Omar Sy, 42 ans, a signé ce jeudi dans les colonnes de L’Obs une tribune intitulée "Réveillons-nous" dans laquelle il appelle ses concitoyens à avoir "le courage de dénoncer les violences policières".

"J'ai marché pour George Floyd aux Etats-Unis. Le nom de George Floyd en charriait bien d'autres en écho dans ma tête. Celui d'Adama Traoré, en France", souligne la star qui a grandi en banlieue parisienne à Trappes, dans les Yvelines.

En France aussi, il m’apparaît évident que la majorité des policiers ne cautionnent pas ces actes violents- Omar Sy

Depuis 2012, le héros de "Intouchables" réside en Californie. Le week-end dernier, il était aux côtés des militants du mouvement Black Lives Matter qui défilaient dans les rues de Los Angeles comme on a pu le voir sur les réseaux sociaux...

Pour lui, le parallèle entre le drame qui secoue l’Amérique et l’affaire Adama Traoré, cet habitant de Beaumont-sur-Oise de 24 ans, décédé en 2016 durant une garde à vue, est une évidence. "A lui, comme à George Floyd, la justice a inventé 'une cardiopathie', des cœurs défaillants", dénonce Omar Sy. 

"Mais je n’ai qu’une seule question, et c’est la seule qui compte : ces hommes seraient-ils morts s’ils n’avaient croisé la route des forces de l’ordre ?", s’interroge l'acteur qui avait repartagé en début de semaine les images de la manifestation non autorisée qui s’est déroulée à Paris.

En mars 2019, Omar Sy avait déjà apporté son soutien à Assa Traoré, suite à la publication d’un rapport médical contredisant les conclusions de l’enquête, liant la mort du jeune homme à une pathologie rare dont il souffrait.

Une contre-expertiste demandée par la famille, et dévoilée le 2 juin dernier, revient sur cette version et estime que son décès serait dû à la technique du "plaquage ventral", pratiquée par les gendarmes durant l’interpellation.

Lire aussi

"Nous aspirons tous à une police digne de notre démocratie, une police qui protège sa population, sans distinction de couleur de peau ou de provenance sociale (…)", écrit Omar Sy dans L’Obs, un texte qui s'accompagne d'une pétition en ligne qui a déjà reçu plus de 100.000 signatures.

Toute l'info sur

Mort d'Adama Traoré

Quatre ans d'expertises et de contre-expertises pour connaître la véritéAssa Traoré, la soeur devenue militante contre les violences policières

"Une police capable, comme on l’a vu ces derniers jours aux Etats-Unis, de se joindre aux manifestants, de poser le genou à terre pour dénoncer les violences qui salissent son uniforme. En France aussi, il m’apparaît évident que la majorité des policiers ne cautionnent pas ces actes violents. Je les invite à sortir du silence."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent