Mort de Jean-Claude Brisseau : Sylvie Vartan "très attristée", Vanessa Paradis évoque un réalisateur "extrêmement particulier"

People
DirectLCI
DISPARITION - Le cinéaste Jean-Claude Brisseau est décédé samedi à Paris. Personnalité controversée du cinéma français après des affaires de harcèlement sexuel, le réalisateur de "Noce Blanche" - le film qui avait offert son premier rôle à Vanessa Paradis - avait 74 ans.

Il laisse une douzaine de films dont "De bruit et de fureur" (1988), "Noce blanche" (1989) et "L'Ange noir" (1994). Le cinéaste Jean-Claude Brisseau est décédé samedi 11 mai à Paris à l'âge de 74 ans. Le réalisateur et scénariste s'est éteint dans un hôpital des suites d'une longue maladie. 


Personnalité controversée du cinéma français, il avait été condamné en 2005 pour harcèlement sexuel sur deux actrices lors d'auditions pour son film "Choses secrètes". Il avait aussi été dernièrement rattrapé par le mouvement #Metoo, la Cinémathèque française annulant fin 2017 la rétrospective qu'elle devait lui consacrer.

"Très grand, très autoritaire, avec cette voix grave"

Son film "Noce Blanche", sorti en 1989, restera son plus grand succès (plus d'1,8 million d'entrées). Il y fit tourner pour la première fois la toute jeune Vanessa Paradis qui obtint pour ce long-métrage le César du meilleur espoir féminin. Elle en a gardé un souvenir indélébile. "Jean-Claude Brisseau était extrêmement particulier. Très grand, très autoritaire, avec cette voix grave", raconte-t-elle dans un entretien au Monde de dimanche. "Peut-être que Brisseau essayait aussi d'aller au conflit pour me sortir de ma zone de confort, pour obtenir certaines émotions. Il me disait constamment: 'Je ne veux pas que tu minaudes'".


Auparavant, il avait réalisé "De Bruit et de Fureur", un autre film choc, avec le fidèle Bruno Cremer, sur la banlieue cette fois. En 2012, "La Fille de nulle part" lui valut le "Pardo d'oro" (Léopard d'Or) du Festival du film de Locarno. "Que le diable nous emporte" est son dernier film, sorti début 2018, avec Fabienne Babe.


Sylvie Vartan avait également joué devant sa caméra en 1994 dans "L'Ange noir". Samedi, la chanteuse s'est dite "très attristée par cette nouvelle". "Je n'ai gardé que de bons souvenirs de notre collaboration", a-t-elle déclaré à l'AFP. "C'est une expérience artistique que je garderai toujours comme un merveilleux souvenir. J'ai adoré travailler avec lui. Mes pensées vont vers son épouse Lisa".

Ce dimanche, Sylvie Vartan a rendu hommage au réalisateur sur Instagram, saluant un "grand cinéaste, un homme passionné, exigeant, excessif et un ami".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter