Mort de Michael Jackson : condamnation confirmée pour le docteur Murray

Mort de Michael Jackson : condamnation confirmée pour le docteur Murray

People
DirectLCI
JUSTICE - Une cour d'appel californienne a confirmé la condamnation de Conrad Murray pour "homicide involontaire". Les juges ont notamment estimé que les fausses déclarations du médecin de Michael Jackson démontraient sa culpabilité.

Coup dur pour Conrad Murray. Mercredi, une cour d'appel californienne a confirmé la condamnation du médecin de Michael Jackson pour "homicide involontaire". En novembre 2011, le praticien avait été condamné à quatre ans de prison, suite au décès du roi de la pop, le 25 juin 2009, en raison d'une surdose de propofol, un puissant anesthésiant. Relâché à l'automne dernier grâce aux remises de peine, il avait ainsi fait appel, affirmant que les preuves de sa culpabilité étaient insuffisantes et que le jury aurait dû être isolé pendant toute la durée du procès.

Les juges ont finalement estimé que son comportement avait "démontré sa culpabilité". Selon eux, ses fausses déclarations et ses efforts pour nettoyer la chambre du défunt chanteur en sont les preuves. "Le mépris du Dr. Murray pour la santé et la sécurité de M. Jackson a été démontré pendant le procès, que ce soit dans la manière avec laquelle il a administré un grand nombre de dangereux médicaments à M. Jackson sans avoir le matériel ou le personnel appropriés, ou dans la façon dont il a laissé M. Jackson sans surveillance", ont-ils précisé.

Une relation de confiance violée

Les juges ont également évoqué la vulnérabilité de Michael Jackson, dont le médecin aurait largement profité. "Le Dr.Murray était dans une position de confiance et qu'il a violé la relation de confiance (avec son patient) en allant contre les standards de conduite professionnelle", ont-ils expliqué. Ils reprochent également au praticien de n'avoir jamais "reconnu sa responsabilité et d'avoir montré une absence de remords pendant tous les débats".

L'avocate du Dr. Murray, Valerie Wass, ne compte cependant pas s'arrêter là. Jugeant la décision de la cour d'appel "décevante mais pas inattendue", elle a notamment affirmé qu'elle se tournerait probablement vers la Cour suprême de Californie afin de demander une seconde opinion.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter