Mort du chanteur Alain Barrière à l'âge de 84 ans

Mort d'Alain Barrière

CHANSONS - Déjà victime de plusieurs AVC ces dernières années, Alain Barrière en avait subi un autre avant le décès de sa femme début décembre. Il est mort mercredi 18 décembre des suites d'un arrêt cardiaque.

Le chanteur Alain Barrière, connu pour des tubes comme "Ma vie" ou "Elle était si jolie" dans les années 60 mais aussi pour ses démêlés avec le fisc, est mort ce mercredi soir à l'âge de 84 ans, a annoncé à l'AFP son agent, Fabien Lecoeuvre. Déjà victime de plusieurs AVC ces dernières années, Alain Barrière en a subi un autre avant le décès de sa femme début décembre, et est mort ce mercredi soir des suites d'un arrêt cardiaque.

Plusieurs tentatives de retours

Promu vedette en 1964 après "Ma vie", une complainte tourmentée qui reste son titre le plus célèbre, le chanteur populaire connaît rapidement un passage à vide et tentera jusqu'à la fin des années 1980 plusieurs retours. Le chanteur avait dû renoncer à la scène en 2011 (il devait notamment passer au Palais des Congrès de Paris) après deux AVC. Depuis, affaibli, il luttait contre la maladie.

Durant vingt ans, Alain Barrière a été poursuivi par de lourdes difficultés financières, après la construction coûteuse d'un complexe hôtelier-discothèque à Carnac, le "Stirwen" ("étoile blanche"), déclaré en faillite. Écrasé par les dettes, révolté par les rappels d'impôts, le chanteur, dépressif, déclarait en 1989 : "J'ai vécu l'enfer. Ils ont foutu ma carrière en l'air. Ou je règle le problème avec le fisc ou je me fous en l'air". Cette bataille homérique a trouvé son épilogue en 1998.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EXCLUSIF - "J'ai vu la mort arriver" : Romain Grosjean raconte son effroyable accident

EN DIRECT - Un "pilotage défaillant" : la commission d'enquête de l'Assemblée critique la gestion de la crise sanitaire

Roumanie : un mystérieux monolithe métallique découvert, semblable à celui trouvé dans l'Utah

Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne, cinq morts et plusieurs blessés

"Il faut rembourser la dette" : Bruno Le Maire esquisse la fin du "quoi qu'il en coûte"

Lire et commenter