"Je me suis toujours considérée comme un acteur" : Cate Blanchett pas opposée aux récompenses "non-genrées"

"Je me suis toujours considérée comme un acteur" : Cate Blanchett pas opposée aux récompenses "non-genrées"
People

DEBAT - Présidente de la 77e Mostra de Venise, qui a ouvert ses portes ce mercredi, la comédienne australienne Cate Blanchett a livré son sentiment sur la décision de la Berlinale d’instaurer des récompenses "non-genrées" pour les acteurs.

Premier grand festival de cinéma à se tenir depuis l’apparition de la pandémie de coronavirus, la 77e Mostra de Venise a ouvert ses portes ce mercredi. Si l’économie du Septième art interroge, entre baisse des entrées en salles et montée en puissance des plateformes, un autre sujet plus sociétal occupe de nombreuses conversations.  

Fin août, les organisateurs de la Berlinale ont effet annoncé leur décision de remettre l’an prochain des récompenses "non-genrées" aux comédiens, supprimant ainsi les trophées jusqu’ici attribués aux acteurs et actrices dans des premiers et seconds rôles. Du jamais vu.

Dans un communiqué, Mariette Rissenbeek et Carlo Chatrian, le binôme mixte à la tête de la manifestation, expliquait vouloir lancer "un signal pour une prise de conscience favorisant l’égalité entre hommes et femmes dans l’industrie du cinéma". La Berlinale marchera ainsi dans les pas de la cérémonie des MTV Movie et TV Awards qui depuis 2017, remet des récompenses non genrées à la "meilleure performance dans un film" et à la "meilleure performance dans une série télé". 

Je viens d’une génération où le terme 'actrice' était toujours utilisé dans un sens péjoratif. Je revendique donc l’autre catégorie- Cate Blanchett

Figure du mouvement Time’s Up à Hollywood, la comédienne australienne Cate Blanchett, qui préside cette année le jury de la Mostra, a été interrogée sur le sujet en conférence de presse. Et sa réponse détonne. "Sans vouloir faire de déclaration politique, je me suis toujours considérée comme un acteur", a répondu celle qui a incarné Bob Dylan dans I'm not there, le biopic réalisé par Todd Haynes, en 2007. Et qui a reçu l’Oscar de la meilleure actrice en 2014 pour son rôle dans Blue Jasmine de Woody Allen.  

"Je ne pense pas qu’il y ait un langage spécifique lié au genre. Et je viens d’une génération où le terme 'actrice' était toujours utilisé dans un sens péjoratif. Je revendique donc l’autre catégorie", a-t-elle réagi. "Une bonne performance est une bonne performance. Quelle que soit l’orientation sexuelle de l’interprète. Le plus difficile dans ce métier, c'est de se démarquer".

Lire aussi

Membre du jury de cette 77e Mostra de Venise, la réalisatrice française Claire Denis a révélé avoir rencontré Cate Blanchett il y a quelques années pour lui proposer de travailler avec elle. "Je me rappelle lui avoir dit : ‘je voudrais que vous soyez l’homme de mon film'", s’est-elle souvenue. 

Tilda Swinton dit "bravo Berlin !"

La disparition des récompenses "genrées" a également été abordée ce jeudi par la comédienne britannique Tilda Swinton, venue recevoir un Lion d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. "Je suis très heureuse de la décision prise par Berlin", a déclaré durant une masterclass celle qui a incarné deux personnages, un masculin et féminin, dans le récent remake de Suspiria. Et qui jouait l'Ancien, un personnage androgyne dans le Marvel Doctor Strange.

"Je pense que c’est inévitable que tout le monde suive. C’est juste évident pour moi. L’idée d’être fixé d’une manière ou d’une autre, ça me rend claustrophobe. Et ça me rend triste de devoir s’appeler définitivement hétérosexuel, définitivement homosexuel, définitivement masculin, définitivement féminin. En fait ça me donne envie d'aller me recoucher. Alors bravo Berlin !".

Vers un mouvement plus large ?

Le débat ne fait sans doute que commencer. Depuis plusieurs mois, de nombreuses voix s’élèvent, notamment dans les pays anglo-saxons, en faveur de la disparition des récompenses genrées. A l’automne dernier, les organisateurs des Brit Awards avaient évoqué la possibilité de fusionner le trophée de l’artiste masculin et de l’artiste féminine de l’année. Une idée évoquée lorsque Sam Smith, l’interprète de "Stay With Me", s’était déclaré "non-binaire". Ils y avaient finalement renoncé. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent