Oprah Winfrey en route pour la Maison Blanche en 2020 ? Donald Trump "ne pense pas"

Oprah Winfrey en route pour la Maison Blanche en 2020 ? Donald Trump "ne pense pas"

DirectLCI
IRA, IRA PAS - Il aura suffit d'un discours, un seul, pour rallumer la flamme "Oprah Winfrey, en route pour la Maison Blanche". Un vieux serpent de mer qui se balade dans les têtes à chaque élection présidentielle américaine. Le président américain Donald Trump a en tout cas l'intime conviction qu'elle ne sera pas candidate. Une source de motivation supplémentaire pour l'animatrice ?

L'idée fait rêver pas mal d'Américains, en particulier les stars. Ce dimanche à Los Angeles, Oprah Winfrey, star de la télé américaine, est devenue la favorite de Hollywood et de ses fans pour battre Donald Trump en 2020. Récompensée par le prix Cecil B. DeMille pour l'ensemble de sa carrière lors de la cérémonie des Golden Globes, celle à qui chacun retire volontiers le nom de famille pour l'appeler simplement Oprah a délivré un discours attendu au sujet de l'affaire Weinstein mais aussi sur le mouvement Time's up, lancé par de nombreuses stars américaines. 


Devant un public forcément tout acquis à la cause, elle a fait le lien entre ce combat et les deux héroïnes de la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, Rosa Parks et Recy Taylor, et annoncé l'arrivée d'une "aube nouvelle" pour les femmes et les jeunes filles maltraitées par les hommes. Un discours d'une petite dizaine de minutes dans lequel beaucoup ont vu un tournant dans sa vie publique mais pas seulement. Pour certains, il s'agit même d'un discours annonciateur d'une future candidature à la Maison Blanche. Une idée vieille de presque vingt ans et qui revient à chaque élection, tel un boomerang. 

"Je ne pense pas qu'elle sera candidate"

Le président américain Donald Trump a affirmé mardi qu'il aimait bien Oprah Winfrey mais a dit sa conviction qu'elle  ne serait pas candidate à la Maison Blanche. "Je la connais très bien(...) Je l'aime bien", a affirmé M. Trump, interrogé sur les éventuelles ambitions politiques de l'animatrice, actrice et femme d'affaires. "Je ne pense pas qu'elle sera candidate", a-t-il ajouté dans un sourire. Donald Trump évoque régulièrement les "sept années" qui lui restent au pouvoir et son équipe ne fait aucun mystère de sa volonté de se représenter en 2020 pour un second mandat.

Oprah Winfrey est l'archétype de la réussite "made in America", fervente démocrate solidement ancrée aux Etats-Unis. En trente ans, elle est devenue une femme d'affaires, présentatrice de télévision et la première femme noire milliardaire. Un parcours qui en a inspiré plus d'un et qui continue de faire rêver. Pour peu que l'on soit en année présidentielle, l'Amérique s'emballe volontiers pour une candidature démocrate de cette superstar, d'autant plus réaliste dans un pays qui a élu présidents l'acteur de série B Ronald Reagan et la star de télé-réalité Donald Trump. 


Etrangement, c'est Donald Trump qui, le premier, avait émis l'idée d'embarquer Oprah Winfrey dans la course à la Maison Blanche. En 1999, alors qu'il briguait l'investiture présidentielle du parti de la Réforme, Trump avait plaisanté en disant qu'Oprah Winfrey pourrait être sa colistière. On imagine que la présentatrice star a poliment refusé la proposition du mogul de l'immobilier. 

Dix ans plus tard, c'est Barack Obama qui avait émis cette hypothèse pas tout à fait innocente. Invité du "The Late Show with David Letterman", Barack Obama avait plaisanté en annonçant qu'il choisirait Oprah Winfrey comme vice-présidente. Un choix bien éclairé car Oprah Winfrey, qui s'impliquait pour la première fois dans une campagne présidentielle, avait fait du démocrate son candidat. Elle l'avait même accompagné dans plusieurs réunions électorales dans l'Iowa et en Caroline du Sud notamment.

Elle le ferait, c'est clair !Stedman Graham, son compagnon

En mars dernier, alors que Donald Trump est à la Maison Blanche depuis quelques mois, elle laissait déjà planer le doute, lors d'une interview. "Je n'avais jamais envisagé que ce serait même une possibilité", déclarait-elle, après un sondage de l'institut Gallup, qui la placait comme l'une des personnalités les plus connues et aimées des Etats-Unis. "Je pensais que je n'avais pas assez d'expérience, que je n'en savais pas assez, et maintenant je me dis... Oh... Oh!", déclarait-elle, dans un sourire malicieux. Un sondage publié par l'institut Public Policy Polling donnait même Oprah Winfrey gagnante en 2020 contre Donald Trump à 47% des suffrages contre 40% au président sortant. 

Selon ses proches, elle y réfléchit sérieusement

Interrogée sur le sujet ce dimanche au sortir de son discours, elle a bien sûr battu en brèche cette idée. Après avoir cultivé l'ambiguïté sur le sujet, elle avait assuré qu'elle ne se présenterait jamais à aucun mandat politique. Mais d'après CNN, deux personnes anonymes de son entourage ont expressément déclaré que l'actrice de 63 ans "réfléchissait sérieusement" à une candidature, à près de trois ans de la prochaine échéance. Et puis son compagnon, Stedman Graham, est revenu en mettre une couche, dans le Los Angeles Times. Pour lui, "c'est aux gens de décider". Et s'ils la sollicitaient ? "Elle le ferait, c'est clair". 

Très plébiscitée mais jamais engagée, Oprah Winfrey a pourtant le tout-Hollywood derrière elle. De Lady Gaga à Meryl Streep en passant par Michael Moore. Quand on sait que le documentariste avait prédit la victoire de Donald Trump, son idée mérite sans doute que l'on y prête attention. En tout cas, chez les bookmakers britanniques de William Hill, après être partie de très loin, la star de la télévision effectue une remontée spectaculaire et fait maintenant jeu égal avec Michelle Obama. 


Alors, verra-t-on pour la première fois, un "First Sir" à la Maison Blanche en la personne de Stedman Graham ? Si l'histoire a démontré que les Américains n'étaient pas hostiles à la possibilité d'élire une personnalité de la télévision et du cinéma à Washington, reste à savoir maintenant s'ils sont prêts à élire une femme. En tout cas, le Late Show de Stephen Colbert semble l'avoir déjà choisie comme candidate. 

Le tout lancé sur Twitter avec un "hashtag" déjà bien populaire sur les réseaux sociaux, outre-Atlantique : #Oprah2020

Plus d'articles

Sur le même sujet