Pour Marianne Faithfull, c'est Jean de Breteuil qui a tué Jim Morrison

People
DirectLCI
RÉVÉLATIONS - C'est une confession troublante qui arrive à quelques semaines de la sortie du nouvel album de Marianne Faithfull, "Give my love to London". Dans une interview accordée au magazine Mojo, la chanteuse affirme savoir qui a tué Jim Morrison, des Doors.

Les années 70 ont probablement été les plus intéressantes d'un point de vue créatif mais la décennie a également décimé les rangs des stars de la musique d'alors. En juillet 1971, le corps de Jim Morrison, leader des Doors était retrouvé dans la baignoire de son appartement de la rue Beautrillis, dans le IVe arrondissement de Paris.

Si les causes de la mort sont demeurées inexpliquées jusqu'à maintenant, beaucoup supposent qu'il est mort d'un arrêt cardiaque dans sa baignoire. Pourtant, de nombreux témoins ont affirmé l'avoir croisé le soir de sa mort, dans un bar parisien.

Jean de Breteuil a vendu l'héroîne à Jim Morrison et a fui au Maroc

Une virée nocturne qui, selon les témoins, était destinée à venir s'approvisionner en héroïne auprès de deux hommes travaillant pour Jean de Breteuil, qui avait été le dealer de Brian Jones, Keith Richards et Janis Joplin, notamment et le petit ami de Marianne Faithfull. Une version aujourd'hui confirmée par la chanteuse. 

Cette dernière vient d'affirmer dans le magazine Mojo que Jean de Breteuil avait fourni la drogue qui a tué Jim Morrison. "Il est allé voir Jim Morrison et l'a tué", déclare la chanteuse. "Je suis certaine qu'il s'agit d'un accident. Pauvre type. La came était-elle trop forte ? Oui, certainement. Et il en est mort. Je ne sais rien de plus si ce n'est que tous les gens qui sont liés à la mort de Jim sont décédés. Sauf moi", affirme-t-elle. 

Marianne Faithfull aurait d'ailleurs pu accompagner Jean de Breteuil lors de sa visite à Morrison mais elle affirme s'être ravisée au dernier moment : "Intuitivement, je savais que j'allais avoir des ennuis. Je me suis dit que j'allais prendre des barbituriques pour ne pas y aller". En 2011, Marianne Faithfull avait affirmé qu'au retour de Jean de Breteuil ce soir-là, ce dernier l'avait tabassée et hâtée de faire ses valises pour partir au Maroc où il ne risquait rien. Quelques semaines plus tard, à Tanger, c'est Jean de Breteuil qui était retrouvé mort. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter