Qu'est devenue Beatriz Luengo, la star de "Un, Dos, Tres" avant de juger la finale de "Destination Eurovision" ?

People

ZOOM - La chanteuse espagnole, qui a fait danser la jeune génération au début des années 2000, fera partie des artistes chargés de désigner le représentant de la France à l'Eurovision. L'occasion de repartir dans les archives de celle qui avait quelque peu disparu des radars dans l'Hexagone.

Le public français la connaît sous le nom de Lola, ce personnage qu'elle a incarné pendant six saisons à la télévision. Beatriz Luengo a passionné les adolescents au début des années 2000 dans la série "Un, Dos, Tres", qui a fait les beaux jours des mercredis après-midi de M6. Tour à tour actrice, chanteuse et danseuse, la jeune femme a prouvé qu'elle était une artiste complète. De sérieuses qualités qui rendent plus que légitime sa place dans le jury international de la finale de "Destination Eurovision", qui désignera le représentant de la France à l'Eurovision, samedi 26 janvier en direct sur France 2.

Beatriz Luengo a annoncé sa participation à l'émission sur ses réseaux sociaux, dans un français quasi parfait ponctué de "je vous aime" et "je vous adore". "Je promets de faire mon maximum pour offrir un jugement rigoureux de chacun des participants. Personne n'est mieux placé que moi pour comprendre leur joie", écrit-elle dans la langue de Molière. Un hommage à ses hôtes mais surtout à un pays qui l'a toujours accueillie comme si elle était sienne. 

Boudée par le public espagnol pour avoir voulu tenter autre chose que la pop guimauve du groupe Upa Dance, elle connaît une déprime à l'arrêt de la série en 2005. "Je n'arrivais pas à me concentrer et j'ai fait beaucoup d'erreurs. Tout ça a été très difficile mais je voulais prendre des risques et faire mes propres chansons. Peu importe les conséquences", se souvient-elle pour ABC. Elle pose ses valises en France avec son compagnon Yotuel Romero du groupe Orishas. Le couple, qui s'est rencontré sur le tournage de "Un, Dos, Tres", fait ses armes à la Favela Chic avec des sonorités plus roots et plus flamenco que ce que Beatriz Luengo chantait à la télévision. "En trois mois, j'ai sorti un disque et j'en ai vendu 130.000 exemplaires. Je n'arrivais pas à y croire. La France a été l'étape la plus importante de ma vie", raconte-t-elle à El Mundo en avril 2018. On se souvient de ses tubes "Mi Generacion" et "Hit Lerele". Et après ? Si sa musique reste plus confidentielle en France, la native de Madrid enchaîne les sorties et publie trois albums dans la foulée, dont le dernier en 2018. 

Elle a écrit pour Jennifer Lopez et Ricky Martin

Pour ça, il lui a fallu s'exiler. Recommencer, encore et encore. Au Mundo, elle explique être fatiguée "de repartir de zéro". "Depuis la fin de la série, je l'ai fait en France, puis à Miami, au Mexique et maintenant à nouveau en Espagne". Son installation aux Etats-Unis en 2011 lui ouvre les portes du très difficile public sud-américain. Elle lui permet aussi d'entrer en contact avec les plus grands noms de la pop latine. Elle collabore avec Jennifer Lopez, Daddy Yankee, Pitbull ou encore Ricky Martin à qui elle écrit des chansons. Elle affiche aujourd'hui fièrement sur son CV ses quatre nominations aux Latin Grammy Awards, dont un pour son dernier album. Et cumule plus de 115 millions de vues sur sa chaîne YouTube

Lire aussi

Elle a donc fait son retour en Espagne en 2016 en intégrant l'émission "Tu cara me suena", dans laquelle des personnalités devaient imiter des chanteurs célèbres. Beatriz Luengo échoue en finale mais s'offre un retour sous les projecteurs dans son pays natal. "Je suis une guerrière de la vie", affirme-t-elle dans La Voz de Galicia, en août dernier. Son dernier album, "Cuerpo y alma" lui a enfin ouvert les portes du succès chez elle, avec plus de 2 millions d'écoutes sur Spotify. Maman d'un petit garçon né en 2015, D'Angelo, la jeune femme de 36 ans est désormais bien dans ses baskets et dans sa musique. Celle qui se décrit comme "méditerranéenne, féline, amie du karma et compositrice" sur sa page Instagram poursuit sa carrière sans trop se poser de questions. Et sans rien renier de ses racines urbaines. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter