Que faisait Emma Watson à l'Elysée avec Emmanuel Macron ?

People

ENGAGÉE - L'actrice britannique était de passage à Paris mardi 19 février pour défendre un sujet qui lui est cher au sein du Conseil consultatif pour l'égalité femmes-hommes. Elle a été accueillie sur le perron du palais présidentiel par la Première dame Brigitte Macron.

Elle a fait une entrée remarquée dans la cour de l'Elysée, main dans la main avec l'activiste mauritanienne Aïssata Lam, aux côtés de la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa et de la réalisatrice Lisa Azuelos. Emma Watson figurait parmi les personnalités invitées à travailler au sein du Conseil consultatif pour l'égalité femmes-hommes mardi 19 février. Objectif ? Dessiner des propositions à soumettre au G7, qui se tiendra à Biarritz du 24 au 26 août. 

Ont notamment été retenus à l'issue de cette première réunion : conditionner l'aide publique au développement à l'accès des filles à l'éducation, créer un fonds mondial pour les victimes de viols comme arme de guerre et utiliser le poids du G7 pour pousser les géants du numérique (Google, Amazon, Facebook, Apple) à lutter contre le cyberharcèlement.

C'est sur ce dernier point que l'actrice britannique de 28 ans, ambassadrice de bonne volonté d'ONU Femmes, a pris la parole. "J'ai moi aussi été attaquée. Ça a été source d'une angoisse. Les entreprises du numérique doivent mieux répondre. Si vous avez le privilège de pouvoir vous offrir un avocat, on vous répond parfois plus vite... Mais des femmes se suicident à cause de ça", a déclaré la star de la saga "Harry Potter", citée par Paris Match. En 2014, elle avait été prise pour cible par des hackers qui avaient menacé de dévoiler ses photos intimes suite à un discours engagé aux Nations Unies sur les droits des femmes. Des clichés qui n'existaient pas en réalité. D'autres bien réels, pris lors de séances d'essayages, avaient en revanche sans son accord fait leur apparition sur Internet trois ans plus tard. 

Voir aussi

"Que des gens qui se sont habitués à l'anonymat, on leur enlève leur masque, que des grands groupes habitués à vivre de ça, on leur enlève cette liberté, qu'on mette de la protection partout où il en faut", a pour sa part lancé Emmanuel Macron. Arrivé en retard car en déplacement en Alsace dans le cimetière juif profané de Quatzenheim, le président a été remplacé par son épouse Brigitte pour accueillir les invités, parmi lesquels les prix Nobel Nadia Murad et Denis Mukwege ou la Femen Inna Shevchenko. Il n'a pas manqué par la suite de les saluer, ainsi qu'Emma Watson, d'une poignée de main immortalisée par les photographes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter