"Que justice soit faite" : Steevy Boulay révèle que sa cousine est morte sous les coups de son conjoint

People

FÉMINICIDES - Ce jeudi 4 juillet, le chroniqueur Steevy Boulay a annoncé sur son compte Twitter que sa cousine était l'une des nombreuses victimes de féminicide en France depuis le début de l'année.

Une horreur chiffrée. Ce jeudi 4 juillet, Steevy Boulay a révélé que sa cousine Gwenaëlle faisait partie des nombreuses femmes tuées sous les coups de leur partenaire ou ex-conjoint, en France depuis le début de l'année 2019. Le chroniqueur des Grosses Têtes sur RTL a révélé à ses abonnés Twitter cette triste information : "71 femmes sont mortes depuis janvier à cause de leur (ex) conjoint dont l’une était ma cousine, Gwen. Que justice soit faite. 71 femmes… le chiffre fait peur", a-t-il écrit. La victime était âgée de 37 ans, elle est décédée le 23 mai en Ardèche.

Cette semaine, le Collectif des proches et familles de féminicides a annoncé sur son compte Facebook que le nombre de féminicides s'élevait désormais à 72, en France et depuis le début de l'année. Ce mardi 2 juillet, Leïla, une étudiante de 20 ans est en effet morte sous les coups de son compagnon. Enceinte de trois mois, le fœtus n'a pas survécu. C'est le dernier cas en date de cette triste liste qui s'allonge jour après jour.

Ce jeudi, Youssef Bard, porte-parole du ministère de la Justice a affirmé sur RTL que "beaucoup de choses ont été mises en place ou sont en train d'être mises en place" et cite des "des chiffres hallucinants" en 2019. Rappelons qu'une manifestation aura lieu ce samedi 6 juillet à Paris pour exiger des plans d'actions contre les violences conjugales et les féminicides.

Lire aussi

De nombreuses célébrités s'engagent dans la lutte contre les violences conjugales. C'est le cas de Muriel Robin qui a notamment interprété de rôle de Jacqueline Sauvage dans un téléfilm consacré à l'histoire de cette femme. Le 24 juin, l'actrice a déclaré au Parisien que "même s'il reste tellement à faire, ça bouge. À un moment j'écrivais un texto tous les trois jours à Brigitte Macron, je ne les ai pas lâchés", expliquait celle qui s’est battue pour faire accepter le terme "féminicide". La comédienne Eva Darlan et le magistrat Luc Frémiot viennent également de lancer un appel contre cette hausse de violences en publiant notamment une pétition intitulée "Non-assistance à femmes en danger".

En vidéo

Femmes battues : l'appel de Muriel Robin

"Le nombre de magistrats qui classent ces affaires sans suite, c'est incroyable ! Comment peut-on classer sans suite la plainte de quelqu'un qui vient demander du secours ? C'est ça qu'on demande : on demande des enquêtes à Mme Belloubet [garde des Sceaux et ministre de la Justice] et à M. Castaner [ministre de l'Intérieur] pour qu'ils sachent exactement où se trouve le dysfonctionnement, qui et quelles sanctions appliquer", a lancé la comédienne très impliquée à l'antenne de BFMTV ce 4 juillet.

Lire et commenter