Qui est Andy Picci, le jeune homme ressemblant à Pete Doherty qui a berné les paparazzis ?

Qui est Andy Picci, le jeune homme ressemblant à Pete Doherty qui a berné les paparazzis ?

DirectLCI
INTERVIEW - Dans son édition du 21 septembre dernier, Le Parisien consacrait sa une à Pete Doherty, le musicien anglais nouvellement habitant de Melun, la petite commune de Seine-et-Marne. Problème : si le rockeur a bien donné une interview à nos confrères, la photo illustrant cet entretien n'est pas un cliché du chanteur des Libertines mais celle d'Andy Picci, un artiste franco-suisse qui s'amuse un peu de cette ressemblance.

Même allure, même silhouette et même look : la ressemblance est si frappante que même les paparazzis les plus aguerris de la capitale londonienne se sont fait avoir. Ce lundi, Andy Picci, 25 ans, s'est découvert en une de l'édition de Seine-et-Marne du Parisien, sous les traits d'un certain Pete Doherty.

...Sinon, aujourd'hui j'ai fait la couverture du journal Le Parisien . Ils ont juste mal orthographié mon nom. (encore)

Posted by Andy Picci on  lundi 21 septembre 2015

La faute aux, selon nos confrères, agences people spécialisées qui ont vendu ces clichés légendés "Pete Doherty marchant près des ITV Studios". 

À LIRE AUSSI >> L'explication de nos confrères du Parisien 

Un petit tour sur ces sites d'agence et le verdict tombe : effectivement, cette série de treize clichés d'un jeune homme au physique et à l'allure très similaire au chanteur des Libertines date bien de mars 2014 mais en zoomant un peu sur certains clichés du jeune homme photographié, on se rend compte qu'il ne s'agit pas de Pete Doherty.

Ce jeune homme, photographié n'est autre qu' Andy Picci un artiste franco-suisse de 25 ans. Titulaire d'une maîtrise en Fine Arts effectuée à Londres, le jeune homme a habité trois ans dans la capitale britannique avant de faire ses valises pour revenir à Paris. Comment s'est-il rendu compte qu'il faisait la une du Parisien ? Était-il au courant que cette série de photos circulait ? Se souvient-il de ce moment précis où se baladant sur la Tamise, il a été encerclé par des photographes ? Nous lui avons demandé. 

Que faites-vous dans la vie ?
J'ai 25 ans, je viens d'obtenir une maîtrise en arts à Londres. J'ai grandi en Suisse et j'ai vécu trois ans à Londres. En faisant ces études, j'en suis venu à avoir une démarche appropriative. Dans la continuité de ce processus artistique, j'ai créé des personnages comme une performance et parmi eux, il y a celui qu'on identifie à Pete Doherty à cause du chapeau.

Quel est votre projet artistique avec cette démarche d'appropriation, justement ?
C'est un projet expérimental. J'essaye de comprendre si on peut exister par soi-même, comme une personne distincte en ressemblant à une célébrité. Du coup, c'est inespéré ce qui arrive mais je veux pas être le sosie de Pete Doherty.

Vous souvenez-vous où vous étiez lorsque cela a été pris ? 
En mars 2014. Je me promenais sur les bords de la Tamise et un groupe de paparazzis m'a encerclé et j'ai joué le jeu, poursuivant mon processus créatif. J'ai pas eu de nouvelles pendant trois ans et j'ai vu la une du Parisien

Cela vous arrive souvent que l'on vous prenne pour Pete Doherty ? 
Oui, régulièrement. On m'a arrêté dans la rue à plusieurs reprises pour me demander si j'étais Pete Doherty. Au début, je répondais que non et puis finalement, j'ai dit oui. A Londres cela m'est arrivé trois fois. En bas d'ITV Studios, justement. Puis à une exposition dans laquelle j'ai joué le jeu et là, ils ont vu que je n'étais pas Pete Doherty et se sont excusés. 

Est-ce que votre ressemblance vous sert au quotidien ? 
Non, pas vraiment. Je n'en joue pas quotidiennement. Cela m'est déjà arrivé d'avoir une table dans un restaurant alors qu'il était plein. Lorsque le serveur s'est aperçu que je parlais français et que je n'étais pas Pete Doherty, il était blême. Il m'est aussi arrivé de me faire traiter de drogué par les gens dans la rue : le fait de porter un chapeau et d'avoir ce style fait que n'importe quelle personne habillée comme ça, est un sosie de Pete Doherty. 

L'avez-vous déjà rencontré ?
Je l'ai rencontré quelques fois à ses concerts. Un de mes amis faisait ses premières parties. J'ai exposé dans un magasin de Camden qui lui appartient. Il est au courant de ce que je fais, mais de ce projet, non.

Comment analysez-vous ce qui vous arrive ? 
La publication de la photo, c'est une forme d'idôlatrie qui a évolué. La célébrité vend, il y a une demande et l'offre. Les paparazzis veulent vendre ces images et cela prouve jusqu'à quel point ils veulent aller pour vendre. Pour moi, c'est un projet abouti, dans un sens. Je suis un peu devenu ces différentes facettes de moi-même. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter