Racisme et violences policières aux États-Unis : Robert De Niro ému en évoquant ses enfants métis

Racisme et violences policières aux États-Unis : Robert De Niro ému en évoquant ses enfants métis
People

"BLACK LIVES MATTER" - Invité du talk-show de Jimmy Fallon, l’acteur Robert De Niro a évoqué la situation de ses six enfants, nés de mères noires. Et les précautions qu’ils doivent prendre lors d’un contrôle de police. "Ça fait peur, ça doit changer", a plaidé la star de "Taxi Driver".

C’est un Robert De Niro à fleur de peau que les téléspectateurs américains ont pu découvrir ce mercredi soir dans le talk-show de l’animateur Jimmy Fallon sur NBC. L’acteur a d’abord critiqué la façon dont Donald Trump a géré la pandémie de coronavirus qui a fait plus de 110.000 morts outre-Atlantique. "S’il avait écouté les services de renseignement, tout ça aurait pu être évité", a-t-il déploré

"Certains lui disaient que quelque chose aller arriver. Je pense à cette femme, Nancy Messonnier (une haut fonctionnaire qui a alerté le président fin février – ndlr), elle a soudain disparu parce qu’il n’aimait pas ce qu’elle lui disait ! Ce qui me fait vraiment peur, c’est que beaucoup de gens avaient la trouille de lui dire la vérité !".

La star de "Taxi Driver", 76 ans, s’est ensuite exprimée au sujet de l’affaire George Floyd et des manifestations du mouvement "Black Lives Matter". "Mes enfants sont à moitié noirs", a expliqué ce père de six enfants âgés de 8 à 48 ans. Nés de trois mères différents, ils forment une grande famille recomposée dont l'acteur parle rarement.

"Moi je prends certaines choses pour acquises. Mais mes enfants, même si nous n’en parlons pas entre nous… Disons que lorsque les gens disent qu’ils recommandent à leurs enfants de garder leurs mains visibles lorsqu’ils sont arrêtés par la police, de garder leurs mains sur le volant, de ne pas faire de geste brusque, etc. Je comprends très bien ça. Ça fait peur, et ça doit changer."

Toute l'info sur

Mort de George Floyd : l'indignation mondiale

Sur le sujet des violences policières, Robert De Niro espère un avant et un après George Floyd. "Beaucoup de gens disent que la police doit être au service de la communauté, que ses membres fassent preuve de sensibilité, plaide-t-il. Il y a des bons flics qui en ont. Et il y en a qui n’en ont pas. Ceux-là ne devraient pas être là. Quiconque fait du mal à une autre personne pour une autre raison que pour se défendre ou défendre les gens autour ne devrait pas faire ce métier."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent