VIDÉO - Richard Berry était "terrorisé" avant de donner son rein à sa sœur

People
DirectLCI
TÉMOIGNAGE – Richard Berry était invité sur LCI à l’occasion de la Journée mondiale du don d’organes ce lundi 17 octobre. En 2005, l’acteur et réalisateur a donné un rein à sa sœur malade.

C’est un combat qui lui tient à cœur. A l’occasion de la Journée mondiale du don d’organes, qui se tient ce lundi 17 octobre, Richard Berry était invité sur LCI. En 2005, l’acteur a donné un rein à sa sœur qui souffrait depuis la naissance d’une pathologie génétique. Si au départ il n’avait pas l’intention d’en parler, l’intérêt des médias l’a finalement poussé à en dire plus pour mobiliser l’opinion publique sur ce sujet.


"Elle n’aurait pas pu continuer à vivre sous dialyse (…) On ne peut pas uriner ni boire. Ce sont des conditions de vie effroyables. De plus, la dialyse fatigue le cœur", a expliqué Richard Berry à propos de sa sœur Marie qui avait déjà reçu, 33 ans plus tôt, un rein prélevé sur leur mère. A cette époque, la mère de famille avait conseillé à son fils de garder ses reins pour pouvoir en donner un le cas échéant à ses enfants, la maladie étant génétiquement transmissible.  

J’ai compris que ma vie pouvait s’arrêter. Ce sont des mois difficile à vivre. Richard Berry

"Dieu merci, ils n’en ont pas eu besoin", a précisé Richard Berry sur LCI. Et quand sa sœur a dû de nouveau être opérée, la star n’a pas hésité. Mais si sa volonté n’a jamais flanché, cela ne s’est pas fait sans angoisse. 


"J’étais terrorisé. J’ai compris que ma vie pouvait s’arrêter. Ce sont des mois difficile à vivre. C’est une opération difficile, compliquée (…) Dans un premier temps, je n’ai pas hésité puis j’ai pris conscience de la gravité de ce geste, des risques. Ce n’est pas facile de se faire opérer alors qu’on est en pleine forme", a ainsi raconté le réalisateur de Moi César, 10 ans ½, 1.39 m.

Vigilance sur les infections urinaires

Vivre avec un seul rein n’a finalement pas changé grand-chose dans la vie de l’acteur âgé de 66 ans, qui ne suit "pas de régime particulier" et fait toujours du sport. Il doit cependant faire davantage attention à préserver le seul rein qui lui reste et ne pas prendre à la légère certaines maladies comme les infections urinaires. 


Aujourd’hui, Richard Berry, qui a écrit le téléfilm  L’esprit de famille inspiré de son histoire, milite pour que chacun puisse indiquer sur sa carte vitale s’il accepte ou non d’être donneur d’organes. 

Lire aussi

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter