Roman Polanski ne sera pas extradé vers les USA

People

JUSTICE - La Cour suprême de Pologne a refusé de rouvrir la procédure d'extradition vers les Etats-Unis déclenchée à l'encontre du cinéaste franco-polonais Roman Polanski (83 ans), poursuivi par la justice américaine pour le viol d'une mineure en 1977. L'artiste ne sera pas extradé.

Cette décision signe la fin des démêlés judiciaires pour Roman Polanski. La Cour suprême de Pologne a refusé ce mardi 6 décembre de rouvrir la procédure d'extradition du cinéaste vers les Etats-Unis où il est poursuivi par la justice américaine pour le viol d'une mineure en 1977. Cette décision rejettant le pourvoi en cassation du ministre polonais de la justice Ziobro, elle met définitivement un terme à la procédure d'extradition entamée en 2014 à la demande de la justice américaine. Hervé Témime, l'avocat français de Roman Polanski, s'est "réjoui" de cette décision, soulignant qu'elle "mettait fin à une procédure ubuesque", dans une déclaration à l'Agence France Presse.

Lors de l'audience, le juge Michal Laskowski a expliqué que ce rejet avait été motivé par la décision du tribunal de Cracovie qui avait déjà refusé l'extradition de Polanski en 2015. Si la Cour suprême avait accepté le pourvoi, l'affaire aurait été renvoyée devant un tribunal pour être rejugée mais cela n'aurait rien changé au sort de Roman Polanski car ce dernier vit en France et le pays n'extrade pas ses ressortissants. 

Lire aussi

    La décision rejetant le pourvoi en cassation introduit par le ministre polonais de la Justice Zbigniew Ziobro met définitivement fin à la procédure d'extradition entamée en 2014. L'affaire pour laquelle il est poursuivi aux Etats-Unis remonte à 1977. A l'époque, il avait été poursuivi pour avoir violé Samantha Geimer, de trente ans sa cadette. 

    Après 42 jours de prison, puis sa libération sous caution, le cinéaste, qui avait plaidé coupable de "rapports sexuels illégaux" avec une mineure, s'était enfui des Etats-Unis avant l'annonce du verdict. Il craignait d'être lourdement condamné, malgré un accord conclu avec la justice américaine. 

    Lire aussi

      Samantha Geimer a réclamé à plusieurs reprises l'abandon définitif des poursuites, voulant tourner la page une fois pour toutes mais en mai dernier, le pouvoir conservateur polonais avait rouvert la procédure d'extradition de l'artiste, remettant alors en cause une décision du tribunal de deuxième instance de Cracovie qui avait tranché en faveur du réalisateur le 30 octobre 2015. 

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter