Rose McGowan vient-elle vraiment de qualifier le mouvement MeToo de "mensonge" ?

People
POLÉMIQUE – C’est l’une des accusatrices les plus connues du producteur Harvey Weinstein. Dans une interview retentissante publiée ce week-end dans le "Sunday Times", Rose McGowan s’en est prise aux activistes du mouvement MeToo. Avant d'expliquer sur les réseaux sociaux qu'elle avait été mal comprise...

Rose McGowan est en colère. Et pas seulement contre le producteur Harvey Weinstein dont elle a contribué à révéler les méfaits en octobre 2017. Dans une interview accordée au "Sunday Times", la comédienne américaine s’en prend aux activistes qui se sont regroupées autour du hashtag #MeToo, encourageant les victimes de harcèlement et d’agressions sexuelles à prendre la parole.


"Ce sont des abrutis !", s’emporte-t-elle. "Ce ne sont pas des porte-paroles. Ce sont justes des losers. Je ne les aime pas. Comment expliquer le fait que j’ai été récompensée par le magazine masculin QG et qu’aucun magazine féminin, ni aucune mouvement féministe ne m’ait jamais apporté son soutien ?".

Elles font ça pour se sentir mieux. Mais je les connais. Ce sont des couardesRose McGowan dans le "Sunday Times"

Le quotidien britannique explique que Rose McGowan, 45 ans, n’a été invitée à aucun des déjeuners ou des brunchs organisés par le mouvement MeToo ou d’autres victimes d’agressions sexuelles. "Et je ne veux pas y aller parce que c’est de la connerie. C’est un mensonge", s’emporte-t-elle. 


La comédienne n’hésite pas à comparer les féministes de Hollywood au Band Aid, le groupe de chanteurs réunis dans les années 1980 par Bob Geldof pour combattre la famine en Afrique. "Elles font ça pour se sentir mieux. Mais je les connais. Ce sont des couardes, et tant qu’elles donnent le change pour les apparences, ça leur suffit."

Elle rectifie le tir sur Twitter...

Rose McGowan a-t-elle craqué ? Dans un tweet publié dimanche soir, elle affirme n’avoir "jamais dit que MeToo était un mensonge. Je parlais de Hollywood et de Time’s Up. Je suis fatiguée de ces tempêtes de m… erronées. MeToo défend les survivants et leurs expériences, on ne peut pas leur enlever."

Des propos que la comédienne réitère ce lundi dans une vidéo postée sur Twitter...

Nos confrères du "Sunday Times" n’ont pour le moment par réagi au démenti de la comédienne. Ont-ils alors mal compris ses propos ? Rappelons que Time’s Up est un mouvement qui a été créée à Hollywood le 1er janvier 2018 par plusieurs célébrités hollywoodiennes, en réaction à l’affaire Weinstein. 


Leur objectif ? Lever des fonds pour mener des actions destinées à combattre les agressions sexuelles et plus généralement le sexisme dans l’industrie cinématographique et autres milieux professionnels. Visiblement Rose McGowan ne les porte pas dans son cœur. Et doute de leur sincérité. 

Dans la même interview au "Sunday Times", elle s’en prend ainsi à Meryl Streep, souvent critiquée ces derniers mois pour sa proximité avec Harvey Weinstein. "Il est littéralement impossible qu’elle n’ait pas été au courant des accusations contre lui comme elle l’a affirmé", s’emporte Rose McGowan. Tout comme d’après elle Hillary Clinton, l’ancien candidate à l’élection présidentielle pour laquelle le célèbre producteur a levé des fonds.


"Si je pouvais je retirerais toutes mes années de soutien à Hillary", assure la comédienne. "Un soutien bruyant. Je l’ai même soutenue contre Obama !”, rappelle-t-elle, avant d’envisager de se lancer dans une carrière politique, elle qui ne veut plus jamais mettre les pieds sur un plateau de cinéma.

"Je me présenterais pour les Républicains. Pour foutre le bordel. Pour leur exploser le cerveau !", balance-t-elle. Et même si elle affirme ne pas apprécier le président Donald Trump, elle se trouve un point commun avec ses supporters : "Je déteste ces faux progressistes de Hollywood (…) Ils savent qu’au fond d’eux, leur vie est un désert. Et c’est leur punition."

Cette sortie controversée intervient quelques semaines seulement après le clash qui a opposé Rose McGowan à Asia Argento, autre figure du mouvement MeToo. Mi-septembre, la star italienne a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation contre son "ex-amie" américaine. Elle lui reproche d'avoir relayé de fausses informations au sujet de sa relation supposée avec le jeune comédien Jimmy Bennett, qui l'accuse de l'avoir agressé sexuellement lorsqu'il était mineur.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter