Mais c'est quoi l’hyperemesis gravidarum, le mal dont souffre Kate Middleton pour chacune de ses grossesses ?

Mais c'est quoi l’hyperemesis gravidarum, le mal dont souffre Kate Middleton pour chacune de ses grossesses ?

DirectLCI
POINT SANTÉ – Malade, encore une fois. Enceinte de son troisième enfant, la duchesse de Cambridge n’est pas épargnée par les soucis de santé et souffre du même mal qui avait déjà affecté ses deux précédentes grossesses. LCI s'est plongé dans les dossiers de la Sécurité sociale britannique pour en savoir plus.

Ils sont tous "enchantés". De l'arrière-grand-mère Elizabeth II aux grands-parents Charles et Camilla, l'ensemble de la famille royale britannique n'a pas caché sa joie après l'annonce de la troisième grossesse de Kate Middleton. Il y en a une qui vit cette arrivée d'une manière plus délicate que les autres, c'est la future maman elle-même. Car comme pour ses précédentes grossesses, la jeune femme de 35 ans souffre d'hyperemesis gravidarum. Un mal au nom latin qui ne touche qu'1% des femmes enceintes. Et qui décuple l'effet des habituelles nausées matinales...

La NHS, l'équivalent britannique de la Sécu, parle de "nausées et vomissements prolongés et sévères, certaines femmes disent être malades jusqu'à 50 fois par jour". Passer sa journée en essayant de ne pas vomir, c'est le quotidien qu'Anne-Claire, 28 ans partage avec Kate Middleton. "Je me sens un peu royale grâce à elle, je me sens un peu moins seule", s'amuse-t-elle auprès de LCI. Enceinte de moins de trois mois de son premier enfant, elle a "vraiment des nausées toute la journée". "Et c'est très rare d'après le sondage que j'ai pu faire auprès de femmes enceintes dans mon entourage", nous dit-elle, précisant que "contrairement à Kate, je ne vomis pas beaucoup. Une à deux fois par jour". 

C'est un peu comme une gueule de bois non stop, sauf que la veille tu as pris une raclette et du mauvais vin blancAnne-Claire, 28 ans, enceinte de son premier enfant

"C'est vivable mais c'est un peu l'enfer, je ne le souhaite à personne, pas même à mon pire ennemi. C'est un peu comme une gueule de bois non stop, sauf que la veille tu as pris une raclette et du mauvais vin blanc", nous explique-t-elle. Parmi les recettes miracles dont Internet fait la publicité - "lécher un citron" et "les pastilles à la menthe", rien n'a fonctionné. Sa sage-femme lui a bien proposé un somnifère délivré sans ordonnance mais "ce n'est pas ce qu'il y a de mieux" même si elle a "constaté un avant et un après".


Même son de cloche du côté de Lise*, enceinte de 8 mois : "En fait, au lieu de disparaître à la fin du premier trimestre, mes nausées ont tout simplement continué. Au quotidien, c'est vraiment l'enfer à gérer, surtout quand on continue de travailler. Résultat : beaucoup de fatigue, et, on ne va pas se mentir, d'irritabilité !". Côté solutions, son médecin lui a également conseillé le même somnifère qu'à Anne-Claire, ainsi que des suspensions buvables de bicarbonate de sodium. "Le problème, c'est qu'en cas de grossesse, on a le droit à très peu de médicaments, ce qui s'entend. Alors le somnifère, ok merci, mais ça n'est pas possible d'en prendre le matin, sinon bonjour l'état de somnolence au boulot. Et le bicarbonate de sodium, ca peut marcher, mais la plupart du temps, c'est tellement mauvais à avaler que ca rajoute du dégoût à la nausée !". A part prendre son mal en patience, et quelques séances d'acupuncture, Lise n'a donc pas encore trouvé de remède miracle.

En vidéo

Un 3e bébé pour Kate Middleton

Parmi les autres symptômes de l'hyperemesis gravidarum, que ne ressentent pas Anne-Claire et Lise figurent déshydratation, production de cétose "quand le corps fond de la graisse plutôt que du glucose pour l'énergie", perte de poids et hypotension. La NHS évoque également "un odorat extrêmement développé, une production excessive de salive, des maux de tête, de la constipation et des épisodes d'incontinence urinaire". "La gravité et la durée des symptômes varient mais l'hyperemesis gravidarum reste la cause principale d'hospitalisation aux premiers stades de la grossesse et une condition médicale qui affaiblit et peut avoir de sérieuses conséquences sur la santé de la mère et de l'enfant", explique la HER Foundation, spécialisée dans l'éducation et la recherche sur cette maladie.

En vidéo

Pourquoi Kate fascine autant

Alors enceinte du prince George, Kate avait été brièvement admise au King Edward VII Hospital en décembre 2012. Elle avait été ensuite prise en charge dans sa résidence de Kensington Palace pendant qu'elle attendait la princesse Charlotte deux ans plus tard. Idem pour ce troisième enfant. Les causes de ce mal ? Aucun médecin n'a pour l'instant réussi à mettre le doigt dessus. "Contrairement aux maux classiques liés à la grossesse, l'hyperemesis gravidarum peut ne pas s'améliorer avant 14 semaines. Il peut ne pas disparaître jusqu'à la naissance du bébé, même si certains symptômes peuvent s'améliorer autour de 20 semaines", souligne la HER Foundation. Alors nous n'avons que deux mots pour Kate, Anne-Claire et Lise : bon courage !

*Le prénom a été modifié

Plus d'articles

Sur le même sujet