SEPT A HUIT - Gainsbourg, Kate Barry, sa nouvelle tournée mondiale... : Jane Birkin se confie, à cœur ouvert

SEPT A HUIT - Gainsbourg, Kate Barry, sa nouvelle tournée mondiale...  : Jane Birkin se confie, à cœur ouvert

RENAISSANCE - À 70 ans, Jane Birkin revient, pour Sept à Huit sur son parcours exceptionnel et inclassable. Sur sa tournée mondiale, un événement où elle chante Gainsbourg. Sur la disparition tragique de sa fille, Kate, il y a 3 ans. Sur la maladie qui l'a fait vaciller. Un entretien sans tabou.

Il suffit d’entendre sa voix, son accent si célèbre, pour que la nostalgie nous gagne. A 70 ans, Jane Birkin, a des souvenirs à partager. Beaucoup de souvenirs. Heureux et moins heureux. Car la muse de Serge Gainsbourg n’a pas été épargnée par les écueils de la vie. 

Une maladie du cœur et le suicide de sa fille, Kate, voilà 3 ans ont fait vaciller sa flamme. Avec toute la douceur qui la caractérise, devant les caméras de 7 à 8, elle confie : "Je n’avais pas à me plaindre, les gens se sont conduits exquisément. Ils étaient vraiment délicats, très délicats (…) Il y a des gens qui ont eu infiniment pire que ça". Pendant deux ans, l'artiste n’a pas trouvé la force de quitter son domicile. Le salut, c’est les chansons de Serge Gainsbourg qui sont venues le lui apporter. 

Toute l'info sur

Sept à huit

Je leur rappelle quelque chose. Je leur rappelle Serge. - Jane Birkin

Aujourd’hui, Jane parcourt le monde accompagnée d’un orchestre symphonique pour faire revivre les mots de "l’homme à la tête de chou". Celui-là même qui, 25 ans après sa disparition, ne l’a jamais vraiment quitté. Et la magie opère comme jamais. Alors, sauvée par Gainsbourg, Jane Birkin ? "Oui. C’est curieux, hein ? Mais oui". 

Cèderait-elle pour autant à la nostalgie ? De sa beauté fragile devenue, au fil du temps, symbole ? De sa relation tumultueuse  et romanesque avec Gainsbourg  ? Pas vraiment. Pas tout à fait.   "Je n’ai pas de nostalgie de ma beauté, affirme-t-elle, mais j’ai la nostalgie des visages autour de moi. Forcément, les gens que vous avez perdus (…) j’ai une nostalgie folle de l’enfance". 

"Ne pas perdre un instant" : voilà ce qui compte aujourd'hui. Vivre, comme le montre cette tournée évènement, salvatrice à plus d'un titre, moteur de la magie des rencontres qui permettent à Jane Birkin de rester debout. "J’adore ça, nous dit-elle encore, rencontrer les gens… quelle chance de voir que les gens veulent encore de vous !". Car le public répond présent soir après soir, bouleversé de voir, encore et toujours, la muse chanter son poète. "Ils redécouvrent la tragédie des mots, nous murmure-t-elle. Je leur rappelle quelque chose. Je leur rappelle Serge". 

Et c’est bien normal. Après tout, qui mieux que Jane Birkin pour chanter Serge Gainsbourg ?

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Lire et commenter