Shailene Woodley raconte son arrestation dans une tribune coup de poing

DirectLCI
BADASS – Dans le magazine "Time" jeudi, l’héroïne de "Divergente" s’en prend à l’Amérique qui reste silencieuse face au combat que mènent les Améridiens du Dakota du Nord contre la construction d’un pipeline sur leurs terres.

Des mois qu’ils luttent contre la construction du pipeline Dakota Access qui doit traverser leurs terres. Mais il a fallu l’arrestation de Shailene Woodley la semaine dernière lors d’une manifestation pacifique dans le Dakota du Nord pour que leur combat soit mis en lumière aux Etats-Unis et traverse les frontières. Ce que déplore l’actrice américaine. Dans une virulente tribune publiée par le magazine Time jeudi, qui constitue sa première intervention publique depuis son interpellation, l’héroïne de la saga Divergente s’adresse à une Amérique qu’elle ne comprend plus. Accusée d'avoir pénétré illégalement sur un terrain et d'avoir lancé une émeute, elle a plaidé non coupable mercredi. 

"J’étais dans le Dakota du Nord, debout aux côtés des Amérindiens. Tu sais, ils étaient là avant nous. Et bien tu sais quoi l’Amérique ? Ils sont encore là. Ils se battent toujours pour le bon combat. Un combat utile pour chacun d’entre nous. Ils mettent encore leur vie en première ligne pour protéger les racines qui nourrissent notre existence. Et tu sais quoi l’Amérique ? Ils sont encore ignorés. Nous les jetons encore en prison. Nous passons encore sous silence leur dévouement à nous protéger des conséquences planétaires qui vont découler de notre ignorance de manière catastrophique", écrit-elle.

Si vous êtes un humain qui a besoin d'eau pour survivre, alors ce problème vous concerne directementShailene Woodley

Leur combat ? Empêcher la construction de ce pipeline qui, en cas de rupture, viendrait rendre impropre l’eau consommée par "des millions de personnes". "Je sais que c’est simple d’être indifférent ou détaché" face à ce qui pourrait se produire mais "si vous êtes un humain qui a besoin d’eau pour survivre, alors ce problème vous concerne directement". Alors pour mettre tout un pays face à ses contradictions, Shailene Woodley ne se retient pas. 

Elle fustige un pays qui aime à porter "l’héritage, les totems sacrés" des Amérindiens comme "accessoires de mode" sans pour autant honorer leur culture, tapant sur le célèbre festival de Coachella. "En parcourant les allées du marché aux puces ce week-end, je ne peux même pas vous dire combien de références amérindiennes j’ai vues utilisées pour nourrir notre récit occidental", s’insurge-t-elle. Mais quand vient le moment de prendre leur défense, il n’y a plus personne.

"Des traités sont rompus. Des terres sont volées. Des barrages sont construits. Des réserves sont inondées. Des gens sont déplacés. Nous avons échoué à remarquer et à reconnaître ce qu’il se passe, nous avons échoué en n’agissant pas. A tel point qu’il a fallu que moi, une femme blanche non-Amérindienne, je sois arrêtée le 10 octobre, Jour du peuple indigène, pour que cette  lutte soit mise au jour et fasse la une des médias internationaux", s’indigne-t-elle. Elle souligne que 26 personnes ont été arrêtées en même temps qu’elle. "Mais avez-vous entendu parler d’elles ?", s’interroge-t-elle.

Si elle a été touchée par le soutien reçu, notamment sur les réseaux sociaux, Shailene Woodley demande à ce que les futurs efforts soient concentrés sur la lutte en elle-même. "Se nourrir simplement de la médiatisation de l’arrestation d’une célébrité ne va pas sauver le monde. Mais se soulever tous ensemble oui. S’il vous plaît, soulevez-vous avec les Sioux de la réserve de Standing Rock pour nous assurer que nous aurons toujours des rivières dans lesquelles nager, des sources dans lesquelles boire et des lacs sur lesquels flotter", martèle-t-elle. Et de conclure : "l’eau, c’est la vie".

En vidéo

L'actrice du film "Divergente", Shailene Woodley, arrêtée lors d'une manifestation

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter