"Si je meurs demain, je saurai que j'ai dit la vérité" : l'ex-coiffeuse de R. Kelly l'accuse pour la première fois face caméra

People
TÉMOIGNAGE - Lanita Carter, l'ancienne coiffeuse du chanteur, a livré son histoire à la chaîne américaine CBS dans une interview qui doit être diffusée en intégralité jeudi 28 mars. "Aujourd'hui, je dis : 'plus jamais'", affirme-t-elle en larmes dans un premier extrait.

Elle avait jusque-là souhaité rester anonyme. Mais Lanita Carter a pris la décision de parler publiquement pour dénoncer l'agression sexuelle présumée dont elle a été victime. Et ce n'est pas un hasard si elle a choisi l'émission CBS This Morning pour sa première apparition médiatique. Car c'est là que R. Kelly a martelé son innocence il y a quelques semaines. "J'ai été la coiffeuse de R. Kelly pendant deux ans. J'ai été agressée sexuellement par lui. Et je vis après ça. J'essaie de ramasser les morceaux tous les jours. C'est difficile mais vous savez, je sais que vais m'en sortir. Je n'ai plus honte de mon passé", affirme-t-elle.


 En larmes, elle parle d'une "libération". Elle est l'une des quatre femmes à avoir déposé plainte contre le chanteur de 52 ans, qui a été inculpé de 10 chefs d'accusation d'abus sexuels avec circonstances aggravantes dans sa ville d'origine de Chicago.

Les faits se seraient produits entre 1998 et 2010, alors que trois des quatre victimes présumées étaient mineures. "Je vis avec ça depuis 2003", explique Lanita Carter qui avait  24 ans au moment de son agression présumée. R. Kelly aurait tenté de la forcer à lui faire une fellation mais elle aurait résisté. Il se serait alors masturbé sur elle et lui aurait craché au visage. La jeune femme dit avoir remis son t-shirt aux autorités pour des analyses ADN. Des analyses qui ont correspondu avec le profil ADN du chanteur, a indiqué le bureau du procureur.  

Vous pouvez parler de moi. Vous pouvez ne pas aimer ce que je dis sur votre chanteur préféré. Mais c'est ma vie... C'est ma véritéLanita Carter, victime présumée de R. Kelly

"J'ai dû écouter des conversations pendant que j'étais assise dans le bus : 'Tu as vu ce qu'ils ont fait à R. Kelly ? Il faut le laisser tranquille'. Et je ne pouvais me défendre", relate-t-elle. "Quand j'ai enfin réalisé que je ne voulais pas être cette victime, que je ne voulais pas faire partie de ça, à chaque fois que j'ai essayé de me relever, j'ai senti que quelque chose dans l'actualité me ramenait à ce que je pensais avoir balayé sous le tapis", ajoute Lanita Carter dans un premier extrait de l'interview qui sera diffusée jeudi 28 mars au matin. 

"Aujourd'hui, aujourd'hui je dis : 'plus jamais'. Vous pouvez parler de moi. Vous pouvez ne pas aimer ce que je dis sur votre chanteur préféré. Mais c'est ma vie... C'est ma vérité. C'est ce que j'ai. Si je meurs demain, je saurai que j'ai dit la vérité", poursuit-elle en assurant vouloir "aider les gens". "C'est dur quand c'est une célébrité. Ce n'est pas facile. Ce n'est pas facile si ce n'était pas une célébrité. Cela rend tout dix fois pire", insiste-t-elle.  R. Kelly, qui a plaidé non coupable, encourt entre trois à sept ans de prison pour chacun des 10 chefs d'accusation.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter