Soupçonnée de fraude fiscale, Bar Refaeli est dans le collimateur des autorités israéliennes

People
CACHOTTIERE - Soupçonnée de ne pas avoir déclaré une partie de ses revenus à l'étranger en mentant sur son lieu de résidence, la top-modèle israélienne a été arrêtée jeudi 17 décembre puis libérée sous caution, ont indiqué les autorités israéliennes.

Comme les hommes politiques, Bar Refaeli a des trous de mémoire concernant son patrimoine. Elle est également suspectée de ne pas avoir déclaré des faveurs comme le prêt d'appartements de luxe ou de voitures d'une valeur de "plus d'un million de shekels" (237 000 euros), a précisé l'Autorité fiscale dans un communiqué. Sa mère, Zipora, a également été arrêtée, les autorités estimant qu'elle n'avait pas non plus déclaré des revenus à l'étranger atteignant "des dizaines de millions de shekels". 

Sa mère aussi est accusée d'avoir manqué des déclarations

Les citoyens israéliens résidant à l'étranger ne sont pas contraints de déclarer leur revenus à l'extérieur du pays. Or les autorités israéliennes accusent la top-modèle et sa mère d'avoir créé une fausse résidence à l'étranger afin de passer entre les mailles fiscales israéliennes et payer ainsi moins d'impôts.  Les autorités accusent également la top-modèle d'avoir vécu dans des appartements de luxe enregistrés sous les noms de sa mère et de son frère. 

Selon les autorités, les deux femmes auraient dû également déclarer "les ristournes" liées à leur statut de célébrité. L'enquête a abouti mercredi 16 décembre par la perquisition de leurs appartements. Le lendemain, un tribunal de Tel-Aviv a ordonné leur arrestation puis leur libération sous caution.  Les deux femmes ont été contraintes de confier leurs passeports à la justice et ne sont pas autorisées à quitter le territoire sans permission pendant une période de six mois.

A LIRE AUSSI >> Bar Refaeli crée la polémique en Israël à l'occasion de son mariage

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter