Spolié par son manager, Sly Stone se refait une santé financière

Spolié par son manager, Sly Stone se refait une santé financière

GROS SOUS - Le chanteur de funk Sly Stone, meneur du groupe "Sly and the Family Stone", va toucher un gros pactole, après avoir gagné son procès contre ses ex-manager et avocat, qu'il accusait de l'avoir spolié.

Voilà de quoi finir ses jours à l'abri du besoin. Le chanteur de funk Sly Stone, du groupe "Sly and the Family Stone", va toucher cinq millions de dollars d'indemnisations, après avoir gagné son procès contre ses ex-manager et avocat, qu'il accusait de l'avoir spolié.

L'affaire aura mis cinq ans à se résoudre. Sylvester Stewart de son vrai nom avait poursuivi en 2010, il y a quasiment cinq ans jour pour jour, son ex-manager Gerald Goldstein et son ancien avocat Glenn Stone ainsi que la société affiliée Even St Productions.

Aucun droit d'auteur durant près vingt ans

En proie à des problèmes de drogue, devenu un temps sans domicile fixe et incapable de subvenir à ses besoins, Sly Stone avait attaqué MM. Goldstein et Stone qu'il accusait de ne lui avoir presque pas versé de droits d'auteur pendant plus de 20 ans. "Ils lui versaient des droits d'auteur mais très loin de ce qu'ils lui devaient. C'était un grand artiste, il est toujours populaire et ses chansons génèrent toujours un million de dollars par an", a expliqué à l'AFP l'un de ses avocats, Nicholas Hornberger. D'après un autre avocat du musicien, Robert Allan, Sly Stone n'aurait par ailleurs reçu aucun relevé de droits d'auteur sur les deux décennies allant de 1989 à 2009. Toujours selon Nicholas Hornberger. M. Goldstein a détourné les droits d'auteur du musicien pour financer un style de vie extravagant et acheter des propriétés de luxe. 

Le tribunal supérieur de Los Angeles a donc tranché et conclu cette affaire en donnant raison au musicien de funk, après deux jours de délibérations avec un verdict "unanime", selon M. Hornberger. D'après lui, le cas de Sly Stone illustre la façon dont beaucoup d'artistes de l'industrie musicale ou cinématographique sont victimes des personnes qui sont censées protéger leurs intérêts.

Du côté de la défense, Gregory Bodell, l'un des avocats des avocat et ex-manager, a pour sa part fait valoir que le chanteur n'avait pas respecté son engagement datant de 1988 de réaliser un nouvel album afin de relancer sa carrière, affirmant aussi que le chanteur avait touché des millions de dollars lors de sa collaboration avec MM. Goldstein et Stone. Lancé en 1966, Sly and the Family Stone a connu un succès mondial avec des tubes qui sont entrés dans les annales de la soul et du funk comme "Dance to the music", "I want to take you higher" ou "Family affair".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : le bilan s'alourdit à deux morts, le corps d'une femme de 82 ans retrouvé

Un Allemand tue sa famille avant de se suicider par peur d'être emprisonné après un pass sanitaire falsifié

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'émotion des parents de l'adolescente électrocutée dans son bain par son téléphone

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.