Sur Instagram, Juliette Binoche relaie une série de théories complotistes

L'actrice communique avec ses 300.000 abonnés sur Instagram.
People

À LA LOUPE – L'actrice française échange en ligne avec ses fans et livre des réflexions autour du Covid-19. Elle s'est néanmoins livrée à des commentaires surprenants, n'hésitant pas à partager des thèses complotistes régulièrement démenties.

Figure de notre paysage cinématographique, la comédienne Juliette Binoche suit de près comme tous les Français l'évolution de l'épidémie de Covid-19. Elle n'hésite pas à échanger sur le sujet avec les internautes qui la suivent, notamment sur son profil Instagram où elle compte plus de 300.000 abonnés. 

Il y a quelques jours, elle a ainsi relayé la vidéo d'un médecin généraliste marseillais, Ce dernier y dénonçait notamment la mise en place d'équipes en charge du suivi des malades. "Une mesure d’exception qui bafoue deux droits majeurs de notre système de santé" comme l'a déploré l'Académie de médecine, et qui irait à l'encontre du secret médical.

Pourquoi les autorités ont-elles mis en place un tel dispositif, demande une internaute à l'actrice ? Juliette Binoche lui répond : "Ce sont des opérations organisées par des groupes financiers internationaux (principalement américains), depuis longtemps. Ils manipulent (sans être parano !) : les vaccins qu’ils préparent en font partie. Mettre une puce sous-cutanée pour tous : c’est NON. NON aux opérations de Bill Gates, NON à la 5G."

Des théories du complot qui s'entremêlent

Ce message, assez confus, a valu à Juliette Binoche une série de commentaires réprobateurs, lui reprochant de relayer des fake news. En quelques lignes, elle énumère en effet plusieurs théories plusieurs fois contredites. La première concerne le milliardaire américain Bill Gates, fondateur de Microsoft et qui figure depuis de longues années parmi les plus grandes fortunes de la planète. 

La comédienne évoque ses "opérations" ainsi qu'une puce sous-cutanée. Elle fait ici référence à une théorie selon laquelle l'homme d'affaire souhaiterait implanter une puce à des individus au moyen d’un vaccin contre la Covid-19 développé avec le soutien de sa fondation. Si cette dernière est mobilisée dans la recherche d'un vaccin, il s'agit du seul élément fiable sur le sujet. 

Lire aussi

France Info explique l'origine de ces raccourcis hâtifs : "La Gates Foundation soutient le développement d’une technologie qui donnerait la possibilité dans des pays où les infrastructures de santé sont faibles de savoir qui a été vacciné au moyen de patches équipés de micro-aiguilles", indique la radio. Pour autant, "ce système ne permet absolument pas cependant de géolocaliser la personne vaccinée", comme le soutiennent des détracteurs du milliardaire. 

La 5G fascine les complotistes

Outre son rejet des puces sous-cutanées, Juliette Binoche s'est montrée en opposition avec la technologie 5G, mise ici sur le même plan. Son déploiement a été mis en cause par des théories complotistes assurant que ces réseaux seraient à l'origine de l'épidémie de Covid-19. Le site Siècle Digital est revenu sur ces allégations en décrivant la propagation de cette "infodémie", un néologisme désormais repris par l'Organisation mondiale de la Santé. 

L'OMS qui a été contrainte de s'exprimer sur la question, voyant se propager ces rumeurs. "Les virus ne circulent pas sur les ondes radio ou par les réseaux mobiles", a-t-elle rappelé sur son site. "La Covid-19 se propage dans de nombreux pays qui n’ont pas de réseau mobile 5G", et "se propage par les gouttelettes respiratoires projetées lorsqu’une personne infectée tousse, éternue ou parle." 

Dès le mois de mars, LCI avait rapporté ces théories et rappelait que la 5G se trouvait au cœur d'une multitude de polémiques, alors que son implantation débute actuellement en Europe. Les accusations selon lesquelles cette technologie serait dangereuse pour la santé ne sont pourtant accréditées par aucun consensus scientifique. "L’énergie associée à ces ondes est trop faible pour créer des dommages cellulaires ou casser les liaisons de faible énergie qui maintiennent entre elles les assemblages moléculaires du vivant", indiquait par exemple en décembre dernier Yves Le Dréan, chercheur à l'Inserm.

Une promotion de l'artemisia annua

À la suite de cette sortie controversée, Juliette Binoche a relayé cette fois un article de presse, et plus précisément un reportage consacré à l'artemisia annua. Cette plante, dont les vertus ont été vantées par le président malgache, serait aujourd'hui vue comme un remède possible et très prometteur contre le Covid-19. L'OMS "ne veut pas la reconnaître (elle est même interdite en France ! Honte ! Honte ! Honte !)", déplore l'actrice.

Les autorités de santé se montrent en effet très réservées à l'heure qu'il est, que ce soit l'OMS ou l'Agence nationale de sécurité de médicament : "Au-delà d’un risque d’inefficacité, le recours à ce type de produits en automédication peut présenter un danger pour la santé", écrit-elle. Cette plante n'a "jusqu’alors pas fait la preuve de quelconques vertus thérapeutiques" et a "auparavant fait l’objet du même type de message sur de prétendues vertus thérapeutiques contre le paludisme". 

En vidéo

Gérald Bronner : "Les théories du complot ont l'avantage de donner un sens à ce qui, à priori, n'en a pas"

Toute l'info sur

À la loupe

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent