Johnny Hallyday, Mila Kunis, Bill Gates... déshériter ses enfants, une pratique courante chez les célébrités

MONEY MONEY MONEY – Les acteurs Ashton Kutcher et Mila Kunis ont récemment déclaré qu’ils comptaient reverser une partie de leur fortune à des associations et non à leur progéniture. Comme eux, Bill Gates, Elton John ou encore Warren Buffet ont choisi de ne pas tout léguer à leurs descendants direct.

Ils sont nés avec une cuillère en argent - voire en or - dans la bouche. Mais seront contraints peut-être contraints de changer de métal dans les prochaines années. La petite Wyatt, 3 ans, et le petit Dimitri, 15 mois, ne disposeront pas de trust funds, ces fonds mis en place pour les filles et fils de bonne famille qui regorgent souvent de millions. Leurs célèbres parents, Ashton Kutcher et Mila Kunis, ont décidé de ne pas tout leur léguer sur un plateau. "Mes enfants n'auront rien de gros... Nous finirons par donner notre argent à des associations", expliquait l'acteur dans un podcast enregistré chez son collègue Dax Shepard.

"Si mes enfants veulent lancer leur entreprise et qu'ils ont un bon business plan, j'investirai dedans (...). Donc j'espère qu'ils seront motivés pour avoir ce qu'ils avaient ou quelque chose de proche", ajoutait-il lors de cet entretien. Une décision qui forcément fait écho en France à la bataille qu'ont lancée Laura Smet et David Hallyday, écartés du testament et donc de l'héritage de leur père Johnny Hallyday. Si la justice française ne permet pas de mettre de côté sa progéniture dans les questions de succession - les enfants étant protégés par la notion de réserve héréditaire - la justice américaine est sur ce point plus flexible. Le dernier testament du rockeur a d'ailleurs été rédigé sous la loi californienne.

Rien d'étonnant alors à ce que certaines personnalités choisissent de couper le robinet, à l'image d'Ashton Kutcher, Mila Kunis et Johnny Hallyday. A commencer par les plus riches de la planète. Bill Gates et Warren Buffet, respectivement 2e et 3e du dernier classement Forbes des milliardaires mondiaux avec 73 et 68 milliards d'euros. Le premier a été inspiré par le second, qui a fait part de sa décision en 2006. Warren Buffet fera ainsi don de 99% de sa fortune et incite, depuis, ses amis milliardaires à donner au moins de la moitié de la leur à des oeuvres de charité, à travers The Giving Pledge. Un groupe créé en 2010 auquel appartiennent le créateur de Star Wars George Lucas, le PDG de Facebook Mark Zuckerberg et sa numéro 2 Sheryl Sandberg, ainsi que... Bill et Melinda Gates.

Tout ce qui va au-delà du basique, ils devront aller le chercher par eux-mêmes. S'ils veulent un Picasso, ils devront se l'offrirElton John à propos de ses deux garçons, Zachary et Elijah

Les trois enfants du couple le plus riche de la planète, derrière le patron d'Amazon John Bezos, ne recevront qu'une "minuscule portion" de leur fortune. "Cela veut dire qu'ils devront trouver leur propre chemin", expliquait Bill Gates au Daily Mail en 2011. Même état d'esprit chez le chanteur Sting qui ne veut pas que sa fortune, estimée à 200 millions d'euros, soit "un boulet" pour ses enfants. "Evidemment que s'ils sont en difficulté, je les aiderai. Mais j'ai jamais vraiment eu à faire ça. Ils ont une éthique du travail qui les pousse à vouloir réussir par leur propre mérite", disait-il au Mail on Sunday en 2014.

Des mots applaudis par Elton John, qui lui aussi reversera une bonne partie de ses 60 millions d'euros à des associations. "C'est une bonne idée. Je suis issue de la classe ouvrière (...), j'ai obtenu tout ce que j'ai en travaillant dur et je veux qu'ils expérimentent ça aussi", acquiesçait-il dans le Mirror en 2016. Le chanteur a aussi pris pour modèle Warren Buffet. "Il laisse assez d'argent à ses enfants pour qu'ils aient une maison, une voiture et de quoi couvrir tous leurs besoins de base sans jamais avoir à s'inquiéter. Mais ce n'est pas fou, pas de quoi leur permettre d'acheter des Picasso ou des jets privés", détaillait-il. "Tout ce qui va au-delà du basique, ils devront aller le chercher par eux-mêmes. S'ils veulent un Picasso, ils devront se l'offrir", disait-il à propos de ses deux garçons, Zachary et Elijah. Et oui, il va falloir aller bosser.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Succession de Johnny Hallyday : le grand déballage

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter