"Très ligue du LOL" : Benjamin Biolay prend la défense de Zaz après une énième blague sur son look

People
DirectLCI
CONTRE-ATTAQUE - Benjamin Biolay a qualifié de "trolls" les équipes du magazine Brain qui, sur Instagram, se sont moquées de Zaz à la suite d'une interview donnée dans un autre média. L'occasion pour lui de dénoncer le harcèlement en ligne dont la chanteuse est victime "depuis des années".

Tout part d'une interview, reprise par un média puis par un autre. La semaine dernière, la chanteuse Zaz racontait au magazine Public avoir été une enfant "hyper empathique". "Si j'étais assise à côté de quelqu'un qui était en colère, j'étais en colère à mon tour. J'ai dû apprendre à gérer ça. Il y a eu des moments, je n'arrivais plus à sortir de chez moi parce que les émotions dans la foule, c'était trop compliqué à gérer. Je captais tout et ça devenait une torture", expliquait-elle.


Un extrait repris par Voici dans un article intitulé "Zaz dévoile la terrible phobie qui a ruiné son enfance". De quoi alimenter l'imagination des internautes, l'une se demandant si cette peur était celle du shampoing. La saillie a fait sourire le magazine Brain, qui l'a partagée sur son compte Instagram. Provoquant la colère de Benjamin Biolay.

"Très ligue du LOL. Bravo les trolls", a écrit le chanteur en commentaire du post de Brain Magazine. La discussion s'engage alors avec d'autres internautes, poussant Benjamin Biolay à développer sa pensée. "C'est surtout une jeune femme harcelée depuis des années sur les réseaux sociaux et Brain en remet une couche en toute quiétude. C'est très Vincent G surtout", poursuit-il en référence au journaliste Vincent Glad, co- fondateur de la Ligue du LOL et accusé d'avoir mené une campagne de harcèlement sur Twitter.

"Je parle de harcèlement et c'est les mêmes vannes que Laurent Gerra", insiste-t-il, affirmant ne pas être offusqué mais être "surpris de la beauferie" de la publication. Ce n'est pas la première fois que le chanteur s'insurge sur les réseaux sociaux. Il avait notamment accusé Grégoire de plagiat et avait dénoncé l'hypocrisie de la vague d'hommages après la mort de Bertolucci.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter