Trump président : Jimmy Fallon, l'animateur accusé d'avoir humanisé le candidat milliardaire

People

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

COUPABLE IDEAL - Super star des "Late show", ces émissions américaines à mi-chemin entre humour et talk-show, Jimmy Fallon avait invité Donald Trump sur son plateau et avait blagué avec lui durant la campagne. Une attitude que lui reprochent de nombreux observateurs, trois jours après l'élection présidentielle.

La scène remonte à septembre dernier. Invité du "Tonight Show", l'émission de Jimmy Fallon, Donald Trump est en pleine campagne présidentielle, assènant des déclarations sexistes et racistes à longueur de meetings. Après avoir fait son habituelle imitation de Donald Trump et lui avoir lancé toutes sortes de piques, l'humoriste lui demande s'il peut faire quelque chose qu'il n'aurait peut-être plus jamais l'occasion de faire, si celui-ci était élu président en novembre. 


Ce qui le démange ? Lui ébouriffer les cheveux. Donald Trump fait mine d'être gêné, regarde la caméra et se laisse applaudir par l'assistance qui l'encourage à se laisser décoiffer. Il s'excuse ensuite d'avance pour la coupe de cheveux à venir, auprès des personnes qui l'attendent après l'émission. Et puis ... 

Et puis Donald Trump se retrouve la mèche en vrac, sous les hourras du public. Un geste si amical et en décalage avec la personnalité que le candidat a affiché durant toute sa campagne que, dès le lendemain, Jimmy Fallon a essuyé des tombereaux de critiques. On lui reprochait d'avoir contribué à rendre ce personnage sympathique, de l'avoir "normalisé" . 


"A huit semaines d'une élection où Trump est au plus haut dans les sondages, qu'a fait Jimmy Fallon ? Il lui a ébouriffé les cheveux", tançaient alors les journalistes. "Quand Charlie Chaplin avait, dans le Dictateur, dépeint brillament la montée du populisme et d'un leader d'extrême droite, vous avez fait l'inverse : contribué à rendre Donald Trump acceptable (...) Jimmy Fallon, vous avez contribué à créer un monstre", pouvait-on lire dans The Guardian.


David Letterman, l'ancien présentateur du Late Show a, quelques semaines après, exprimé son malaise après la séquence. "Si vous voyez quelqu'un qui ne se comporte pas comme un autre humain que vous connaissez, cela signifie quelque chose. Ils ont besoin d'un rendez-vous avec un psychiatre. Ils ont besoin d'un diagnostic et ils ont besoin d'une prescription", expliquait-il. 


La séquence est devenue une image que l'on s'est partagée d'un réseau à l'autre, contribuant ainsi à offrir à Trump une exposition internationale, aux côtés d'un animateur hilare et populaire. Plusieurs internautes ont relevé cela, entre la diffusion de la séquence et aujourd'hui. 

A l'heure où les médias américains font une instrospection profonde, se demandant comment ils n'ont pas vu venir l'accession de Trump à la Maison Blanche, certains analystes expliquent qu'il a été aidé par "une énorme exposition (médiatique), très tôt et sans filtre" pendant le processus des primaires, observe Margaret Sullivan, spécialiste des médias au Washington Post


Bref, Jimmy Fallon avait offert une tribune sans opposition au candidat républicain. Une invitation sur le plateau, comme on aurait invité un acteur ou une chanteuse venue faire la promotion d'un film ou d'un disque. Le milliardaire aurait ainsi bénéficié d'une publicité gratuite équivalente à 2 milliards de dollars, qui l'a aidé à remporter l'investiture de son parti, contre toute attente, selon des experts.


Finalement, une aide sans doute très précieuse qui a permis à Trump de se rendre encore plus populaire dans l'opinion. Jimmy Fallon a dû faire son mea-culpa, il a eu beau expliquer qu'il déteste Trump, il était déjà trop tard. "Avez-vous vu mon émission ? Je ne suis jamais méchant avec personne", avait déclaré Fallon chez TMZ. 

En vidéo

Election de Trump : la réaction des Late Shows américains

Au lendemain de l'élection de Donald Trump, Jimmy Fallon a entamé son show, comme d'habitude : debout, face au public, distillant quelques réactions face à l'actualité : "C'est vrai, Donald Trump va devenir le nouveau président des Etats-Unis. Les républicains espèrent toujours qu'il construira un mur et les démocrates espèrent eux, qu'il va tenir sa promesse et contester les résultats de l'élection présidentielle", a commencé l'humoriste. 


"Le président Obama l'a appelé la nuit dernière, pour le féliciter et l'inviter à la Maison-Blanche. Bien sûr, c'est difficile de comprendre Obama parce qu'à l'heure actuelle, il est en train de mâcher 80 pastilles de Nicorette". "Des gens sont tristes, d'autres sont effrayés et nerveux, certains sont heureux. Je crois que la plupart des gens sont simplement épuisés mais comme le dit Obama, peu importe ce qui arrive, le soleil se lèvera toujours le matin". Show must go on ! 

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter