Un an après la mort de René Angélil, comment Céline Dion a remonté la pente

People
DirectLCI
FORCE – Le 14 janvier 2016, René Angélil succombait à un cancer contre lequel il luttait depuis des années. Un choc pour la diva québécoise qui perdait là son époux et son Pygmalion, "le seul homme qui m'ait aimé" comme elle l'a encore rappelé dans une interview diffusée ce week-end. Ses meilleurs alliés pour faire son deuil ? Ses petits hommes, René-Charles, Nelson et Eddy. Ses rocs pleins d'amour.

Sa force est toujours là. Dans les regards qu'elle lance à ses fans chaque soir à Las Vegas. Dans ses mouvements de bras énergiques indissociables de ses prestations. En un an, Céline Dion a beaucoup changé. Plus bavarde, plus fofolle, plus émouvante encore. A l'occasion des fêtes de Noël, les premières sans René Angélil pour sa tribu, elle avait publié sur son compte Facebook une vidéo retraçant son année 2016. Du deuil à la renaissance. 

Une renaissance qui est passée par la musique. C'est à son allié de toujours, Jean-Jacques Goldman, qu'elle a confié l'écriture d'un titre abordant "le pont entre deux rives, entre deux vies". "Encore un soir" est dévoilé en mai, cinq mois après la mort de René Angélil. "J'ai eu le temps de la chanter à René, qui était, comme on dit chez nous, 'aux petits oiseaux'", raconte-t-elle à Paris Match. Dans la même interview, elle explique s'être "surtout jetée dans le travail en préparant [son] album en français", sorti en août. "Pas question de silence mais de suractivité, au contraire : j'étais sur scène un mois après la mort de René", rappelle-t-elle. 

Le 23 février, elle répond présent pour ses fans au Colosseum de Las Vegas et enchaîne une grande tournée d'été entre Paris, Anvers et le Québec.  Elle enchaînera les shows jusqu'à fêter sa 1000e performance au Caesar's Palace en novembre. Elle clôt désormais chaque représentation avec la même chanson : le "Show must go on" de Queen. Car le spectacle doit continuer. Preuve en est, la dernière vidéo postée sur son compte Vevo le mois dernier : une version live dans son Colosseum de "I'm alive", "je suis en vie". Et c'est en partie grâce à ses trois garçons, René-Charles, Nelson et Eddy.

Avec eux, Céline Dion voyage, découvre la Fashion Week parisienne et recommence à rire, enchaînant les apparitions délirantes à la télévision américaine. Même si son défunt mari n'est jamais loin. "René est toujours là. J’ai mes enfants près de moi. J’ai une stabilité artistique, de femme, de mère, de sœur, d’amie, d’enfant et je ne m’inquiète plus de voir la souffrance que j’ai vue de l’homme, le seul homme qui m’a aimée et qui m’aime encore. Et cette souffrance qui est maintenant partie, c’est une délivrance. Je suis contente pour lui", détaille-t-elle dans une interview donnée en septembre à  Radio-Canada et diffusée le 7 janvier.

Je crois que oui, j'en ai des séquellesCéline Dion

La Québécoise se dit "fière" à plusieurs reprises. "Je suis fière de moi, d’avoir su être capable de continuer, de lui parler, de le pousser, d’avoir été à ses côtés, d’avoir été capable de le laisser partir, d’avoir réchauffer son corps glacé. Bien sûr ça a été difficile mais je suis fière de moi parce que 1) j’ai cru en mes émotions, que cétait l’homme de ma vie et j’ai convaincu ma mère que c’était l’homme de ma vie 2) l’héritage qu’il m’a laissé, qu’il me laisse encore, je le vois tous les jours à travers mes enfants. Et je suis fière de moi parce que j’ai su tenir la main et préparer mes enfants à leur nouvelle vie sans leur père ou avec leur père mais d’une autre façon. Mes trois enfants n’ont aucune séquelle, c’est la chose dont je suis la plus fière", poursuit-elle.

Mais les séquelles, "je crois que oui, j'en ai", dit-elle. Elle explique dormir "encore avec ses jumeaux" pour "apaiser sa peine". "Je ne veux pas être seule. Il y a des jours où je peux être seule quelques heures, des fois ça fait du bien. Mais heureusement que j'ai mes deux petits jumeaux, mon grand garçon de 15 ans est merveilleux, c'est un grand support", souligne-t-elle. "Déposer sa tête sur un oreiller et attendre que le rêve arrive, c'est un peu difficile", confesse-t-elle encore. Le sommeil sera sans doute un peu difficile à trouver le 14 janvier. Trois jours plus tard, elle chantera à nouveau à Vegas. The show will go on.

En vidéo

Mort de René Angélil, mari de Céline Dion : il était son mentor, elle était sa muse

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter