Un étudiant condamné à plus de 4 ans de prison pour avoir menacé le prince Harry

People

GRANDE-BRETAGNE - Un étudiant de 19 ans a été condamné mardi à quatre ans et trois mois de prison ferme pour avoir menacé sur les réseaux sociaux le prince Harry. Il avait posté une image du duc de Sussex un pistolet contre la tête, sur fond de sang, le tout assorti d’un message raciste.

Ce mardi 18 juin, Michal Szewczuk, un étudiant londonien, a été condamné à quatre ans et trois mois de prison pour avoir posté un montage photo menaçant à l'encontre du prince Harry. Le jeune homme, âgé de 19 ans, avait partagé sur le réseau social Gab, prisé des partisans d'extrême droite, un cliché du duc de Sussex avec un pistolet contre la tête, sur fond de sang. L'image était accompagnée d'une croix gammée couverte de sang et d'un message haineux : "A bientôt, traître à la race".

Son message avait été posté en août 2018, quelques mois après le mariage de prince Harry et de l'Américaine Meghan Markle, qui est métisse. Michal Szewczuk était poursuivi pour "incitation au terrorisme et possession de matériel terroriste", en particulier le White Resistance Manual, un livre circulant dans les milieux suprémacistes et qui explique notamment comment fabriquer des bombes artisanales, et un manuel réalisé par Al-Qaïda, selon l'AFP. Le jeune homme a plaidé coupable devant la Cour criminelle de l'Old Bailey. La juge Rebecca Poulet a estimé que la menace diffusée sur les réseaux sociaux faisait la promotion d'une idéologie d'une violence extrême inspirée par des groupes néo-nazis : "Les messages que j'ai vus et lus sont à la fois odieux et de nature criminelle en raison de leur intention claire d'encourager les actes terroristes", a-t-elle déclaré.

Lire aussi

Ces menaces rappellent les messages haineux que la duchesse de Sussex, Meghan Markle, subit depuis l'officialisation de son couple avec le prince Harry, mais aussi désormais le petit Archie. L'ancienne actrice américaine et son bébé sont victimes de nombreuses insultes racistes sur les réseaux sociaux. En mars dernier, Kensington Palace a même mis en place des règles concernant les interactions avec la famille royale. Les commentaires destinés au couple royal ne doivent notamment pas "promouvoir les discrimination basées sur l'origine, le sexe, la religion, la nationalité, le handicap, l'orientation sexuelle ou l'âge". De nombreux posts injurieux ont ainsi été supprimés par le Palais.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter