"Une déchirure" : Jean-Paul Belmondo inconsolable après la mort de son "pote" Charles Gérard

People

DEUIL - Charles Gérard, disparu la semaine dernière, était le second rôle fétiche de Claude Lelouch et surtout le meilleur ami de Jean-Paul Belmondo. Ce dernier lui rend hommage dans une interview donnée à "Paris-Match".

C'est un homme qui pleure la mort de son "pote". Jean-Paul Belmondo reste inconsolable après la mort à 96 ans de l'acteur Charles Gérard, son ami durant soixante-dix ans. Dans une interview accordée à Paris-Match et publiée cette semaine, il revient sur cette relation faites des "joies, [d']emmerdes, [de] rires quotidiens comme [de leurs] silences empreints d’une grande tendresse". 

Reconnaissable à son nez singulier - cassé par Jean-Paul Belmondo lors de leur première rencontre sur un ring de boxe en 1948 - Charles Gérard, de son vrai nom Gérard Adjémian, avait d'abord été réalisateur dans les années 60 ("L'homme qui trahit la mafia", L'ennemi dans l'ombre"), avant de devenir acteur dans les années 70, dans "Le Voyou" de Claude Lelouch. "Au-delà du chagrin et de la tristesse, ce moment-là est une véritable déchirure dans ma vie. C’est une absence immense que je mesure à chaque minute", confie Jean-Paul Belmondo. 

Lire aussi

 "Notre amitié sans faille était prioritaire sur les plateaux de tournage", raconte "Bébel" dans les colonnes du magazine. "J’aimais le sentir à mes côtés dans 'Flic ou voyou' et tant d’autres films. Oui, il était mon meilleur ami. Le plus important, celui de ma jeunesse. En un mot, il était mon pote" résume ce compagnon de toujours. Claude Lelouch lui taillera des rôles sur mesure jusqu'au milieu des années 2000, dont celui de "Charlot" dans la comédie à succès "L'aventure c'est l'aventure" avec Jacques Brel, Aldo Maccione et Lino Ventura. Charles Gérard partage aussi l'affiche avec Belmondo,  sur qui il a réalisé un court métrage documentaire- dans "Flic ou voyou" et "Le Guignolo" de Georges Lautner ou l'"Animal" de Claude Zidi.

Ce qui nous a terriblement rapprochés, c’est notre amour du sport"- Jean-Paul Belmondo

Quelques heures avant la mort de Charles Gérard, qui sera enterré ce jeudi à Paris, Jean-Paul Belmondo est allé lui rendre visite dans la clinique de Versailles ou "Charlot" était hospitalisé : "Dans son regard, j’ai vu qu’il était heureux de me retrouver. Très affaibli, dans son fauteuil, il m’a dit : “Bon, ben, à demain pour un petit resto.” Il nous a quittés douze heures plus tard. La boucle s’est refermée sur nous deux", raconte Jean-Paul Belmondo.

"Jean-Paul a toujours été d'un grand secours" racontait-il à BFMTV en 2013. "Il s'occupait de moi. Quand il tournait un film il disait 'il faut un rôle pour Charlot'. Et Jean-Paul insistait : 'S'il n'est pas dans le film, je ne fais pas le film'". Les compères avaient enrichi leur amitié de leur passion commune du sport : la boxe, mais aussi le foot et le tennis.  "Ce qui nous a terriblement rapprochés, c’est notre amour du sport, notre complicité devant un match de foot ou à Roland-Garros" relate encore Belmondo dans Paris-Match. Il n'était d'ailleurs pas rare de croiser le duo en tribune de Roland-Garros, tournoi durant lequel -Charles Gérard l'assurait- ils refusaient de signer des contrats de films. Gérard et Belmondo apparaissent une dernière fois ensemble en 2009, dans "Un homme et son chien" de Francis Huster.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter