Une soirée avec Azealia Banks et Russell Crowe dégénère

People

ACCUSATIONS - Azealia Banks a publié un message sur Facebook dans lequel elle a accusé Russell Crowe de l’avoir insultée et jetée dehors au cours d’une fête organisée dans la suite de l’hôtel de l’acteur à Beverly Hills. Mais d’autres invités ont pointé du doigt le comportement erratique de la chanteuse.

Et soudain, tout est parti en vrille. Azealia Banks a expliqué avoir passé une très mauvaise soirée alors qu’elle était invitée chez Russell Crowe. "Pour résumer ma nuit, j’ai été à une fête organisée dans la suite de Russell Crowe au cours de laquelle il m’a traitée de nègre, bousculée et jetée dehors. La nuit dernière a été une des plus dures que j’ai vécue. Je me sens très mal", a écrit la chanteuse sur son compte Facebook. Dans un message suivant, elle a ensuite déclaré : "Je veux juste mourir". 

Les faits se seraient déroulés samedi soir dans la suite de l’hôtel de Beverly Hills où loge actuellement Russell Crowe. Selon TMZ, l’acteur néo-zélandais avait invité une dizaine de personnes à venir dîner et écouter de la musique. La dispute aurait commencé alors que la chanteuse se moquait de la sélection musicale de Russell Crowe qu’elle aurait traitée d’"homme blanc ennuyeux", selon d’autres invités.

La rappeuse expulsée par la sécurité

Alors qu’Azealia Banks avait un comportement erratique, la star de Noé a fait appel à la sécurité de l’établissement pour faire expulser l’interprète de "The Big Big Beat". C’est une fois rentrée chez elle qu’Azealia Banks s’est épanchée sur les réseaux sociaux avant d’effacer ses publications. 

La rappeuse américaine est coutumière des provocations. En mai dernier, elle avait publié une série de messages racistes et islamophobes adressés à Zayn Malick – "Il n’y a qu’une petite salope pour répondre comme ça, négro ! S*ce ma b*te avec tes cheveux qui sentent le curry", avait-elle notamment lancé – avant de s’excuser. En février dernier, elle avait également déclaré vouloir voter Donald Trump avec un argument bien à elle : "Ce pays n’est qu’un gros tas de merde alors autant mettre une autre merde à la Maison Blanche". 

Lire aussi

    Lire et commenter