Valérie Trierweiler livre sa vérité

Valérie Trierweiler livre sa vérité

People
DirectLCI
MISE AU POINT - Dans une conversation enregistrée avec l'une de ses consoeurs de Paris Match, Valérie Trierweiler rétablit sa vérité sur son état et assure qu'elle va bien.

On ne l'avait pas entendue depuis l'explosion de l'affaire Hollande–Gayet et la une du magazine Closer, révélant la liaison entre le Président et l'actrice. Certains "proches", depuis récusés , parlaient pour elle. Dans Paris Match, le magazine où elle travaille, la désormais ex-Première dame, rétablit sa vérité.

A l'occasion d'un voyage humanitaire en Inde, aux côtés d'Action contre la faim, Valérie Trierweiler s'est confiée à l'une de ses consoeurs de Paris Match  dont le numéro est en kiosques ce jeudi. Elle évoque le choc de l'annonce de l'infidélité de son Président de compagnon, ces 20 mois passés à l'Elysée et surtout l'après, parce que, dit-elle, "ce n'est pas parce que je ne suis plus Première dame que la vie s'arrête".

"Tombée d'un gratte-ciel"

Valérie Trierweiler avait eu vent des rumeurs sur cette liaison. Rumeurs auxquelles elle n'a accordé aucun crédit. "J'entendais des rumeurs, dit-elle. Mais on en entendait sur tout le monde. Je n'y prêtais pas attention. Lorsque j'ai su, c'est comme si j'étais tombée d'un gratte-ciel", révèle-t-elle.

Valérie Trierweiler raconte à Paris Match qu'à la veille de la sortie en kiosques du fameux numéro de Closer, François Hollande et elle ont discuté toute la nuit "sans manger, ni dormir". Le lendemain, épuisée, elle s'effondre. Réanimée par les soignants de l'Elysée, elle accepte d'être hospitalisée. Elle passera une semaine à la Pitié-Salpétrière avant de rejoindre la résidence de la Lanterne , près de Versailles.

Après l'Elysée

Le samedi 25 janvier, après l'envoi à l'AFP du communiqué annonçant sa séparation avec François Hollande, Valérie Trierweiler est rentrée chez elle et a regardé Elle s'appelait Sarah, film de Gilles Paquet Brenner. Cette rupture, Valérie Trierweiler la qualifie de "violente, car médiatique" mais assure qu'elle ne "traverse pas une période de crise" même si, comme elle le dit,  partir à Bombay  était pour elle, "la meilleure chose qui pouvait arriver".

Valérie Trierweiler l'assure :  "Je vais bien" , même si elle n'est pas certaine d'avoir vraiment réalisé ce qui lui était tombé sur la tête, explique Paris Match. "Je ne regrette rien (…) j'ai vécu une séquence de vie extraordinaire. Je vais reprendre ma vie d'avant", dit encore l'ex-résidente de l'Elysée. Reprendre son métier ? Elle l'envisage : "On ne devient pas journaliste, on est journaliste." Mais ce qui semble lui tenir le plus à cœur demeure l'humanitaire. "Je continuerai avec le Secours populaire, Action contre la faim et la Fondation Danielle Mitterrand", annonce Valérie Trierweiler, précisant que "son engagement restera identique".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter