Alain Delon et son fils Alain-Fabien : une relation chaotique qui a souvent défrayé la chronique

People

FLASHBACK - Entre Alain et Alain-Fabien Delon, les relations n’ont pas toujours été tendres. Retour sur une surprenante relation père-fils à travers leurs sorties médiatiques respectives au fil des années.

Il était une fois une histoire de famille. La sortie du premier roman d’Alain-Fabien Delon vient remettre en lumière ses relations conflictuelles avec son père. Il n’a que 8 ans lors que l’icône du cinéma français se sépare de sa mère, le mannequin néerlandais Rosalie Van Breemen, en 2002. Dès lors il va grandir entre les Pays-Bas, la France et la Suisse où son père a longtemps résidé.

En 2011, un drame va bouleverser à jamais leur relation. Cette année-là, Alain-Fabien organise une fête dans l’appartement de son père à Genève où il est désormais scolarisé. Au cours de la soirée, un coup de feu éclate. Une jeune femme  de 16 ans est grièvement blessée par balle. Le fils de la star nie en être l’auteur. Il sera condamné à 5 mois de prison avec sursis. 

Dans les pages du quotidien suisse "Le Matin", Alain Delon a du mal à cacher sa déception : "Mon fils a trompé mon amour et ma confiance en organisant, à mon insu, une soirée chez moi avec ses copains, à la veille de notre départ en vacances", déclare-t-il. "Les parents portent leur part de responsabilité, mais ce n’est tout de même pas de ma faute si je suis ce que je suis."

J'ai peur de lui parce qu'il est grand, imposant, c'est mon père. C'est Alain Delon. C'est mon père mais c'est aussi Alain Delon- Alain-Fabien Delon en 2012 dans "Sept à Huit"

Dans une interview un brin surréaliste accordée à VSD en août 2012,  Alain-Fabien donne sa version des faits et explique qu’il a été "élevé avec des armes". Avant de présenter ses excuses à son père : "Laisse-moi te montrer, laisse-moi te prouver que tu peux me faire confiance. Tu ne le regretteras pas. Je ne te décevrai pas. Parlons-nous, vraiment, entre hommes."

En septembre 2012, Alain-Fabien se confie devant les caméras de "Sept à Huit" sur TF1. "J'ai peur de lui parce qu'il est grand, imposant, c'est mon père. C'est Alain Delon. C'est mon père mais c'est aussi Alain Delon", explique-t-il à Thierry de Maizière. "Une chose pour laquelle je peux lui dire merci, c'est que la vie peut me mettre plein de coup dans la gueule et je l'accepterai."

Mon fils est complètement paumé et ne donne des interviews à sensation que pour l'argent- Alain Delon en 2013 dans "Le Parisien"

Changement de ton, en février 2013. "Mes parents ont toujours été mes pires ennemis", lâche-t-il dans une interview fracassante à l’édition italienne de "Vanity Fair". "Je n'ai jamais eu une vie normale, je ne l'aurai jamais. Depuis que je suis majeur, je cherche par tous les moyens à me refaire une vie loin d'eux", ajoute l’intéressé, affirmant avoir été le témoin des violences physiques de son père à l’égard de sa mère.

"Je suis horrifié et dévasté de tristesse", va réagir Alain Delon dans les colonnes du Parisien. "Ce sont des insanités. Mon fils est complètement paumé et ne donne des interviews à sensation que pour l'argent ", déplore-t-il, tout en reconnaissant avoir "giflé une fois la mère" d’Alain-Fabien.

Voir aussi

En mars de la même année, le jeune frère d’Anouchka récidive dans le magazine suisse "L’Illustré". Il raconte qu'il n'a pas vu son père depuis deux ans. "La dernière fois que je l'ai aperçu, c'était dans un restaurant à Paris. Il est passé devant moi sans me regarder. J'ai trouvé ça humiliant et triste", déplore-t-il, avant d'évoquer sa scolarité en suisse.

Alain-Fabien affirme qu'il était entouré de fils de président et de dictateur, "sapés comme des princes" alors que lui n'avait qu'"un seul pantalon, toujours le même, que je mettais tous les jours, parce que je n'avais pas d'argent et que mon père ne me donnait pas un centime".

Cette fois, Alain Delon va prendre la plume et écrire au rédacteur en chef pour déplorer "les propos tenus par mon fils égaré, en mal de références." Puis sarcastique : "Si votre mission était d’épancher au peuple suisse qu’être le fils d’Alain Delon équivaut au chemin de croix et au calvaire, vous retiendrez qu’à cause de vous et de vos pareils, être le père du fils d’Alain Delon ne vaut guère mieux."

Voir aussi

Deux mois plus tard, surprise : la légende du cinéma français affirme à "Paris Match" s’être réconcilié avec son fils. "Avec Alain-Fabien, nous nous sommes rapprochés. Il m'appelle tous les jours et termine nos conversations par papa, je t'aime. Il me demande des conseils", assure-t-il, savourant de le voir monter les marches du Festival de Cannes avec Léa, sa fiancée de l’époque. 

Depuis, les relations père-fils ont connu des hauts et des bas. Dans un entretien croisé avec sa sœur Anouchka, accordé à Paris-Match, Alain-Fabien décrit son père comme "un exemple de fermeté". "Papa m’a aidé à ne pas me laisser marcher sur les pieds. Il a des principes", avance le jeune homme. "J’entends souvent dire qu’il est une icône. Plus encore, je pense qu’il est un exemple de réussite. Il n’y a plus de mecs comme lui aujourd’hui."

Voir aussi

La sortie de son premier roman va-t-elle refroidir les relations entre les deux hommes ? "Ça se peut qu’il trouve ça bien", explique-t-il dans le portrait que lui accorde le magazine "Elle" cette semaine. "Pendant des années,  j’ai vécu en attendant qu’il claque, maintenant j’espère qu’il va vivre longtemps pour me voir arriver très haut."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter