Héritage de Johnny : Laura Smet et David Hallyday vont-ils obtenir le gel d'une partie des royalties de leur père ?

People
LE BRAS DE FER CONTINUE - Le TGI de Paris examine ce mardi matin la demande de gel d'une partie des royalties issues des ventes des albums de Johnny Hallyday, que réclament Laura Smet et David Hallyday. Les deux aînés du chanteur ont assigné trois maisons de disques au civil.

A qui ira l'argent des centaines de milliers d'exemplaires auxquels s'est écoulé l'album posthume de Johnny Hallyday ? Les bénéfices générés par "Mon pays c'est l'amour", de même que ceux des autres albums du rockeur, seront au cœur de l'audience prévue ce mardi à 9h30 au Tribunal de Grande instance de Paris : celui-ci doit se pencher sur la demande de Laura Smet et David Hallyday, qui ont assigné trois maisons de disque - Warner, Universal et Sony - pour réclamer le gel de 75% des royalties que leur père percevait de son vivant, et qui échoient désormais à sa veuve Laeticia Hallyday.


Dans un autre front judiciaire, les deux aînés du Taulier avaient obtenu en avril dernier le gel d'une partie de ses avoirs, dont ses propriétés à Marnes-la-coquette et Saint-Barthélémy. Cette fois, c'est l'argent tiré des ventes de ses disques qui est concerné. En juillet dernier en effet , Bank for America, le gérant du trust regroupant les actifs américains du chanteur, avait annoncé avoir demandé à un tribunal de Los Angeles le transfert dans son giron d'une partie de son patrimoine outre-Atlantique : ses Harley-Davidson et ses voitures de luxe, mais aussi et surtout... Ses royalties. En réaction, Laura Smet et David Hallyday avaient lancé deux mois plus tard une procédure pour bloquer ces derniers à hauteur de 75%. Un pourcentage qui correspond à la part qu'ils devraient percevoir avec Jade et Joy Hallyday, les deux autres enfants de Johnny, moins les 25% qui reviennent à Laeticia en tant que veuve dans le droit français.

Quoi qu'il arrive ce mardi, le feuilleton de la contestation du testament du rockeur est loin d'être terminé. Ce n'est qu'en mars prochain que le Tribunal de Nanterre dira si, oui ou non, il est compétent pour trancher sur la succession Hallyday.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

"Mon pays c’est l’amour" : l’album posthume de Johnny Hallyday

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter