VIDÉO - "Ce n'est pas grave de n'avoir qu'un parent" : les doux mots du prince Harry à un petit garçon ayant lui aussi perdu sa mère

People
DirectLCI
SOUTIEN - Lors d'un de ses derniers bains de foule à Auckland, en Nouvelle-Zélande, le duc de Sussex s'est brièvement entretenu avec un jeune garçon de 6 ans qui a lui aussi perdu sa mère. "Ne t'en fais pas, ce n'est pas grave de n'avoir qu'un parent", a-t-il lancé à son jeune admirateur resté sans voix devant lui.

La séquence a fait le tour des réseaux sociaux. Parce que le prince Harry y fait preuve de beaucoup de tendresse. Et parce qu'il évoque sans la nommer sa défunte mère Diana. Filmée par des badauds lors d'un bain de foule à Auckland en Nouvelle-Zélande et diffusée par News Corp Australia mardi 30 octobre, on y voit donc le duc de Sussex s'entretenir avec Otia, 6 ans. 


C'est sa grand-mère qui les met en contact, tendant au prince une lettre écrite par le jeune garçon. "Il vous admire vraiment beaucoup parce qu'il a lui aussi perdu sa mère", lui explique-t-elle. Sans doute impressionné, l'enfant reste muet et le dialogue se poursuit entre les deux adultes. Harry pose les questions à Otia, la grand-mère répond. 

"Ne t'en fais, ce n'est pas grave de n'avoir qu'un parent. Où est ton père ?", poursuit alors Harry, avant que la grand-mère ne lui explique que c'est elle qui élève son petit-fils. "Tout se passera toujours bien dans la vie, tu le sais ça ? Je suis arrivé jusqu'à 34 ans et la vie est géniale. J'ai une femme magnifique, un bébé en route, ta vie sera bien en ordre. Ne t'inquiète pas pour ça", a-t-il conclu d'un sourire. Des mots qui resteront sans doute gravés pour longtemps dans la mémoire de son jeune admirateur qui, fait rare, a eu droit à son selfie avec l'époux de Meghan Markle, publié par News.com.au.

"Les mamies sont si importantes dans nos vies"Harry a aussi eu une pensée pour la reine

La grand-mère d'Otia a également eu droit à un joli compliment de la part du prince Harry. "Vous faites un super boulot, Mamie. Les mamies sont si importantes dans nos vies", lui a-t-il dit. Très proche de la sienne, Elizabeth II, il se murmure même dans les couloirs de Buckingham qu'il serait son petit-enfant préféré. La reine a représenté une figure maternelle importante après le décès de Diana en août 1997, alors que le fils du prince Charles n'était qu'un pré-ado. Il a fallu attendre 2017 pour qu'il ose parler en public de l'effet dévastateur de cette tragédie sur sa santé mentale. 

"Je peux assurément dire que perdre ma mère à l'âge de 12 ans et par la suite, fermer toutes mes émotions pendant ces 20 dernières années, a eu un sérieux effet sur ma vie personnelle et sur mon travail", avait-il déclaré dans une interview au Telegraph. Il avait raconté avoir attendu d'avoir 28 ans pour suivre une thérapie. Il milite aujourd'hui pour une meilleure communication autour de ces maux encore trop souvent cachés.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter