VIDÉO - Elle fête ses 39 ans aujourd'hui : que devient Diam's ?

People

DANS SA BULLE - Diam's, Mélanie Georgiades de son vrai nom, a quitté la sphère médiatique depuis sa conversion à l'Islam en 2012. Que devient-elle depuis ? LCI fait le point à l'occasion de son anniversaire ce jeudi 25 juillet.

"Dj", "Marine", "Dans ma bulle", "La boulette" ou encore "Confessions nocturnes". Diam's était à une époque l'idole de toute une génération. Des titres qu'on chantonne encore lors des trajets en voitures ou au détour d'une soirée. Depuis, nous avons tous grandi et la chanteuse a disparu des radars. De "Brut de femme" à l'Arabie Saoudite, retour sur le parcours de la rappeuse qui fête ce jeudi ses 39 ans, et qui semble avoir choisi sa bulle. 

C'est sur l'île de Chypre, plus exactement à Nicosie, que Mélanie Georgiades voit le jour le 25 juillet 1980. À trois ans, après la séparation de ses parents, elle s'installe en Île-de-France avec sa mère. Elle découvre le rap à dix ans avec l'album "The Chronic"  de Dr. Dre et le premier titre du groupe NTM, "Je rap". À l'âge de 15 ans, elle choisit le pseudonyme de "Diam's" et  tente de se suicider en ingérant une forte dose de médicaments.  Après un premier album en 1999,  "Premier mandat", passé aux oubliettes, elle publie en 2003 "Brut de femme" avec notamment les titres "Dj" et "Ma souffrance". L'année suivante, elle remporte la Victoire de la musique pour le meilleur album rap. C'est le début d'un succès de plus en plus grandissant. 

Lire aussi

En 2006, elle sort "Dans ma bulle" avec les hits "La boulette", "Jeune demoiselle" ou encore "Big up". Un album qui la place au sommet du rap français et avec lequel elle sera sacrée "Meilleure artiste féminine de l'année" par les NRJ Music Awards. En 2007, souffrant d'une dépression et étant diagnostiquée bipolaire, elle alterne entre séjours en hôpital psychiatrique et sa carrière d'artiste.  À sa sortie, elle décide d’arrêter son traitement médicamenteux et fait une tentative de suicide. En 2008, elle se convertit à l'islam et et prépare son nouvel album "SOS" qui sort en 2009. 

Pendant trois ans, Diam's se retire totalement de la sphère médiatique avant de publier en 2012 un livre intitulé "Autobiographie", qui s'achève avec la naissance de sa fille Maryam. La même année, elle donne une interview exclusive  au magazine "7 à 8", sur TF1, où elle apparaît voilée et annonce à Thierry Demaizière la fin de sa carrière : "Je suis en train de gagner une vie de sérénité, de paix, et je n'ai plus aucune colère en moi. En plus, je ne me vois pas rapper habillée comme ça. J'ai un bonheur dans mon coeur que personne ne peut me voler." 

Silence Radio

Depuis, les nouvelles se font rares... En 2015, elle sort un nouveau livre, "Mélanie française et musulmane", dans lequel elle raconte ses choix, ses convictions et notamment sa vie de femme de 36 ans qui s'occupe de deux enfants. Elle passe de nouveau devant la caméra de Thierry Demaizière et s'exprime notamment sur les attentats de Charlie Hebdo : "L’islamisme n’est pas l’islam et les terroristes n’ont aucune excuse pour leurs actes. Pour moi, ce sont des groupuscules égarés", lance-t-elle.

 En 2017, elle déclarait à nos confrères du JDD n'avoir plus aucun lien avec le rap : "Je n'en écoute plus. Je n'aime pas ce que véhicule ce mouvement comme orgueil, violence et consumérisme. Penser que le rap puisse changer quelque chose aux réalités douloureuses me semble si naïf aujourd'hui".

Désormais, celle qui publie de temps à autre des messages religieux sur Instagram - où en décembre 2018, elle était aussi sortie de son silence pour rendre hommage à un groupe de jeunes ayant mis leur vie en péril pour sauver des flammes les habitants d'une tour à Malakoff -, souhaite qu'on ne l'appelle plus Diam's, mais bien Mélanie Georgiades. Elle a créé une association nommée Big Up Project où elle oeuvre pour améliorer le quotidien d’enfants défavorisés en Afrique. Elle se consacre aussi à samarque de papeterie qu'elle a créait en 2017 "Mel by Mel" autour du thème de l’écriture. Depuis, selon son ami Vitaa et nos confrères de La Provence, elle a quitté la France en 2018 pour s'installer au Moyen-Orient, en Arabie Saoudite, avec son mari et ses enfants. En mars dernier elle expliquait au magazine Paulette être épanouie dans sa vie de famille et dénonçait le côté matérialiste de notre époque, assurant que "la foi et la raison sont indissociables".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter