Féministe, métisse et divorcée… Meghan Markle, itinéraire d’une princesse qui casse les codes

People
PORTRAIT – Meghan Markle, 37 ans, vient d'annoncer être enceinte de son premier enfant, six mois presque jour pour jour après son mariage avec le prince Harry. Retour sur le parcours d’une princesse comme les Britanniques n’en avaient jamais connue…

"Toutes les femmes américaines se battent contre les tâches de graisse dans les plats et les casseroles". C’est après avoir découvert, horrifiée, le slogan d’une célèbre marque de liquide vaisselle américaine dans une pub à la télé que Meghan Markle va faire sa première expérience de la machine médiatique. La future duchesse de Sussex n’a que 11 ans. Mais déjà de sacrées convictions.


Les commentaires sexistes de ses petits camarades de classe qui jugent que "la place des femmes, c’est dans la cuisine", vont la convaincre d’écrire une lettre à la Première Dame de l’époque, une certaine Hillary Clinton. Un courrier qu’elle adresse également à Linda Ellerbee, une célèbre journaliste télé qui présente un programme pour enfants, et à Gloria Allred, illustre avocate des femmes victimes d’abus sexuels. Et à la marque de produits vaisselle en question.

Je n’étais pas assez noire pour des personnages de Noires et pas suffisamment blanche pour les rôles de BlanchesMeghan Markle dans "Elle", en 2016

"Je me rappelle m'être sentie choquée, en colère et surtout blessée. Ce n'était pas normal, et quelque chose devait être fait", racontera-t-elle en 2015 lors d’un discours aux Nations Unies. Ce qu’elle n’imaginait pas, c’est que non seulement tous ses courriers allaient recevoir une réponse. Mais que le slogan en question allait être remplacé par "toutes les personnes à travers l’Amérique se battent contre les tâches de graisse dans les plats et les casseroles".

Avant de devenir comédienne, Meghan envisage une carrière en politique. Après avoir fréquenté les écoles privées de Los Angeles et l’université de Chicago, où elle suit un double cursus de théâtre et de relations internationales, cette fille d’une prof de yoga et d’un directeur de la photographie effectue un stage à l’ambassade américaine à Buenos Aires, en Argentine. Mais le démon de la comédie la rattrape.

Reste que ses débuts d’actrice ne seront pas aisés. Moitié blanche par son père, moitié noire par sa mère, la jeune femme n’entre pas dans les cases des producteurs hollywoodiens. "Je n’étais pas assez noire pour des personnages de Noires et pas suffisamment blanche pour les rôles de Blanches", résumera-t-elle en 2016 dans une tribune publiée par "Elle UK". Simple figurante dans la série Hôpital Central, elle enchaîne les petits boulots lorsqu’on lui propose en 2016 de rejoindre le jeu télé "Deal or No Deal".


Dans ce programme, qui sera adapté en France sur TF1 par Arthur sous le titre "A prendre ou à laisser", la jeune femme porte des robes décolletées et ouvre en souriant les boites qui contiennent les sommes remportées par les candidats. Pas très classe lorsqu’on s’est rêvé icône féministe. Ce que ne manqueront pas de lui rappeler ses détracteurs, quelques années plus tard. Mais Meghan s’accroche.

Elle apparaît dans les séries "Beverly Hills 90210", "FBI Portés Disparus", "Les Experts : Manhattan". En 2010, elle décroche un rôle au ciné dans "Remember Me", le drame avec Robert Pattinson. Un film produit par Trevor Engelson, son compagnon de longue date. Le couple se marie le 16 août 2011 à la Jamaïque. La même année, elle rejoint le casting de "Suits", la série judiciaire dans laquelle elle incarne Rachel Zane, l’assistante judiciaire qui fait battre le cœur du héros, l’avocat Mike Ross incarné par Patrick J. Adams.

Si sa carrière décolle enfin, sa vie privée, elle, prend l’eau. Son mari à Los Angeles, Meghan passe le plus clair de son temps sur le tournage de la série, entre New York et Toronto. En 2014, elle demande le divorce, et entame quelques mois plus tard une idylle avec le chef canadien Cory Vitiello dont elle se sépare en mai 2016. Ils sont encore ensemble lorsqu’elle croise pour la première fois la route - et le regard - du prince Harry lors des Invictus Games, à Toronto. 


Un mois plus tard, Harry et Meghan se retrouvent à Londres, lors d’une  soirée privée, organisée par une amie commune, Violet von Westenholz. "Je n’avais jamais regardé "Suits" et je n’avais jamais entendu parler de Meghan avant", racontera le prince lors de l’interview télévisée que le couple accorde après l’annonce de ses fiançailles, le 27 novembre 2017. 


Pour l'anecdote : c'est en cuisinant un poulet rôti que le prince, de trois ans son cadet, lui a demandé sa main. On ne sait pas, en revanche, lequel des tourtereaux a nettoyé le plat après le dîner... 

Américaine, féministe, métisse, divorcée, actrice… Meghan Markle n’a pas tout à fait le profil de la petite princesse à laquelle les Britanniques sont habitués. En février dernier, Henry Bolton, le leader du parti europhobe Ukip est révoqué suite au scandale déclenché par les SMS de sa compagne qui accusait la future mariée de vouloir "souiller la famille royale". Mais son plus grand péril se nomme… Thomas, son propre père. En mai dernier, peu avant la noce, il est accusé d’avoir monnayé des photos avec la presse people.

En vidéo

Découvrez les photos officielles du mariage du Prince Harry et de Meghan Markle

Ce personnage sulfureux n’assistera pas à la noce suite à une opération du cœur. Depuis, ses relations avec sa fille seraient au point mort, en dépit d’excuses publiques qui ont fait le tour de la planète. Meghan n'a d'ailleurs pas non plus invité son demi-frère et sa demi-soeur, nés du précédent mariage de son père. Si elle restée proche de Doria, sa maman, elle semble vouloir prendre ses distances avec cette famille un brin encombrante pour s’en inventer une nouvelle, auprès du prince Harry. Le lundi 15 octobre 2018, Kensington Palace annonçait la naissance au printemps prochain du premier enfant du couple.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Prince Harry et Meghan Markle, le mariage de l’année

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter